Deepwater Horizon : BP n?est pas au bout de ses peines

le
0
L?accident de Deepwater Horizon a engendré une marée noire sans précédent dans l?histoire des Etats-Unis
L?accident de Deepwater Horizon a engendré une marée noire sans précédent dans l?histoire des Etats-Unis
Washington vient de donner son aval à l'accord scellé entre le géant de l'or noir et la justice américaine.

Les dégâts sur son image sont inquantifiables et certainement irréparables, tant la catastrophe, sans précédent dans l'histoire des Etats-Unis, a révélé ses manquements en matière de sécurité, ses carences organisationnelles face à un accident de (très) grande ampleur et un cynisme certain au sommet de sa hiérarchie. Ceux sur l'environnement et en particulier sur la biodiversité, qui devrait mettre plusieurs décennies à se rétablir, demeurent eux aussi impossibles à évaluer.

Reste l'impact financier, forcément colossal, même si le groupe BP, puisque c'est de lui dont il s'agit, malheureux et inconséquent locataire de la plate-forme Deepwater Horizon, était et demeure assez puissant pour se relever. Furibard dans les jours et les semaines qui ont suivi l'accident, survenu en décembre 2010, Barack Obama n'a cependant pu ? ou voulu ? empêcher la reprise des forages pétroliers offshore dans les eaux territoriales américaines, au grand désappointement d'ONG de protection de l'environnement selon lesquelles, malgré les divers réajustements, la menace d'une autre « super marée noire » subsiste.

BP n'en paiera pas moins très cher le prix de ses légèretés, Washington ayant validé l'accord scellé en fin d'année dernière avec la justice américaine. Celui-ci prévoyait l'abandon des poursuites pénales contre la multinationale britannique en échange d'une amende d'un montant historique de quatre milliards cinq cents millions de dollars (environ trois milliards trois cents millions d'euros).

Sous la menace d'une autre amende particulièrement lourde

Une somme rondelette à laquelle il faut ajouter sept milliards huit cents millions de dollars (cinq milliards sept cent cinquante millions d'euros) d'indemnités versées aux victimes du drame, qui a touché plusieurs Etats américains, en particulier la Louisiane, et mis des milliers de personnes dépendant directement des ressources halieutiques dans une situation économique intenable. BP doit de surcroît comparaître devant un tribunal de la Nouvelle-Orléans (Louisiane) le 25 février prochain.

Ce dernier pourrait reconnaître l'entreprise coupable de négligence et lui infliger une amende supplémentaire de? dix-huit milliards de dollars (treize milliards trois cents millions de dollars). Encore loin d'être tiré d'affaire, le groupe BP doit sûrement regretter sa gestion avant et pendant la crise qui a fait suite à l'explosion de la plate-forme.

Les mois passés à tenter de stopper la fuite ont pour lui aussi été un véritable calvaire et il n'a pas fini de payer les pots cassés. De nombreux citoyens américains et l'écosystème aussi, malheureusement.
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant