Déçus par le G20, les marchés pourraient rechuter-analystes

le
0
    * L'absence de nouvelles mesures concrètes devrait décevoir 
    * Certains traders tablent sur une hausse de l'euro face au 
dollar 
 
    par Sudip Kar-Gupta 
    LONDRES, 28 février (Reuters) - Les investisseurs pourraient 
réduire leur exposition aux marchés actions face à l'incapacité 
du Groupe des 20 (G20) à prendre de nouvelles mesures concrètes 
pour relancer la croissance.  
    Les ministres des Finances et les banquiers centraux du G20 
réunis vendredi et samedi à Shanghai ont déclaré que les outils 
de la politique monétaire ne suffiraient pas à faire sortir 
l'économie mondiale de sa torpeur.   
    Dans leur communiqué, les ministres des Finances et 
banquiers centraux ont également pointé une série de risques qui 
menacent la croissance, évoquant la volatilité des flux de 
capitaux, la chute des cours des matières premières et les 
retombées potentielles d'un éventuel Brexit, une sortie de la 
Grande-Bretagne de l'Union européenne.   
    Mais il n'ont annoncé aucun programme spécifique de dépenses 
concertées pour stimuler l'économie mondiale, ce que les 
investisseurs attendaient pourtant après l'accès de faiblesse 
subi en début d'année par les marchés, lié principalement au 
ralentissement chinois. 
    "Le fait que le G20 n'ait pris aucune nouvelle mesure 
devrait être accueilli avec découragement et un recul probable 
des marchés d'actions", dit Richard Edwards chez HED Capital. 
    Phoebus Theologites, co-fondateur du fonds d'investissement 
SteppenWolf Capital, a estimé pour sa part que l'euro  EUR=  
pourrait s'apprécier face au dollar, le G20 ayant alimenté les 
doutes sur l'efficacité de la politique monétaire de soutien à 
la croissance menée par la Banque centrale européenne (BCE). 
    Or une hausse de l'euro, qui freine les exportations 
européennes, tend à peser sur les marchés d'actions en Europe. 
    La réunion de Shanghai a entre autres été l'occasion de 
révéler les divergences entre les grandes économies mondiales 
quant à l'opportunité de s'appuyer sur la dette pour soutenir la 
croissance et au recours à des taux négatifs de la part de 
certaines grandes banques centrales. 
    L'Allemagne s'est montrée a montrée peu d'enthousiaste 
vis-à-vis de nouvelles mesures de relance, son ministre des 
Finances, Wolfgang Schäuble, ayant déclaré vendredi que le 
modèle de croissance financé par la dette avait atteint ses 
limites.  
    La mention du Brexit dans le communiqué final du G20 
pourrait par     ailleurs nuire à la livre sterling  GBP= , déjà 
 tombée à son plus bas niveau depuis sept ans contre le billet 
vert vendredi.  
     
 
 (avec Patrick Graham et Anirban Nag; Juliette Rouillon pour le 
service français, édité par Marc Angrand) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux