Déçue de sa première saison en Coupe du monde, Coline Mattel veut progresser

le
0

Coline Mattel, comment s?est déroulée l?intersaison ?
Je n?ai pas très bien attaqué l?été, un peu comme j?avais fini l?hiver. Et les compet? au mois d?août m?ont reboostée. Ça m?a redonné de l?élan. J?ai vraiment bien sauté, fait des choses que je n?avais quasiment pas faites à l?entraînement durant tout l?été. Lors des entraînements qui ont suivi, j?ai réussi à continuer à progresser. C?est une bonne chose, car en général, je sors des trucs de nulle part en compet?, et après je ne fais plus rien à l?entraînement. C?est ballot de progresser uniquement en compet? (rires) C?est normalement le moment de montrer les trucs que tu sais faire, et là je sors des trucs de nulle part.

Quel bilan tirez-vous de la première saison de Coupe du monde de saut à skis féminin ?
Un bilan plus que moyen. J?ai bien attaqué, et après, c?est un peu parti en vrille. Dixième au général, pris comme ça, c?est plutôt un bon résultat, mais j?espérais mieux. C?est uniquement de ma faute. J?aurais facilement pu faire mieux. Ça ne me demandait pas beaucoup d?efforts, juste un peu plus d?implication. J?ai eu du mal à me dire que c?était la Coupe du monde et qu?il fallait vraiment le faire, et que ça n?allait pas marcher encore un an de plus juste en sortant des trucs en compet?. Lors de la saison 2011, je n?ai pas beaucoup travaillé, j?enchaînais les compet? et ça allait très bien. C?était tellement simple. Un petit coup de mou à un moment, mais ça repartait tout de suite après. Ça se faisait tout seul. La saison dernière, ça a été plus dur. Je me suis dit que ce n?était qu?un mauvais passage, mais le mauvais passage a duré tout l?hiver. Il a fallu se réveiller.

L?an passé, vous nous aviez confié votre peur de voir l?individualisme l?emporter sur ce nouveau circuit Coupe du monde, au détriment de la bonne ambiance. Alors, c?était comment ?
J?étais super contente. Il y avait la même ambiance qu?avant. On a gardé le même esprit. C?était vraiment une bonne saison pour ça. On a fait quelques compet? avec les hommes et ils nous ont dit qu?ils étaient jaloux. Les Français parlent avec les Suisses, les Italiens, alors que nous on est toutes ensemble. Mais bon, ce n?est pas non plus la colonie de vacances. On peut bien s?entendre, mais quand c?est le moment d?être devant, tout le monde réagit pareil.

L?Américaine Sarah Hendrickson, qui a remporté cette première Coupe du mode, était-elle vraiment au-dessus du lot ?
Oui, oui, oui. Il y avait l?Autrichienne Daniele Irashko qui gagnait tout depuis 15 ans, avec un niveau toujours supérieur aux autres. Là, Hendrickson était vraiment au-dessus, elle était intouchable cette saison. Je crois qu?elle a gagné neuf épreuves sur onze. Elle s?est fait opérée du genou au printemps, mais ce n?est pas ça qui va l?arrêter. Il y a vraiment de la concurrence. Des jeunes qui montent, des « vieilles » qui sont toujours là. Il y a une grande variété.

Y?a-t-il eu quelques plâtres à essuyer lors ce cette première Coupe du monde ?
Non, il n?y a pas eu de problèmes. C?était vraiment très bien. Je suis allée au Japon pour la première fois, c?était super. En Slovénie, il y avait une épreuve dans un bled un peu perdu (ndlr : Ljubno), au bout du monde. On y allait tous les ans lors de la Coupe d?Europe, et quand on a vu qu?elle était au calendrier de la Coupe du monde, on s?est toutes plaint. Mais l?organisation était super, il y avait 3000 personnes, ce qui est beaucoup pour une épreuve féminine.

Le bac S avant le théâtre ?

Quel est votre objectif pour cette saison ?
Clairement, je veux faire mieux que dixième. Mais surtout, il y a les championnats du monde de Val di Fiemme. La Coupe du monde, c?est arriver à être top sur toute la saison, les Mondiaux, il faut être là le jour J. En général, c?est ce que j?arrive le mieux à faire. Je vais essayer de faire au moins aussi bien qu?il y a deux ans. Je veux aussi récupérer mon titre aux championnats du monde juniors. Si j?arrive à être au top à côté du tremplin, à m?entraîner correctement, les progrès techniques et les résultats vont venir d?eux mêmes.

Vous poursuivez vos études en parallèle ?
J?en suis à ma quatrième année de lycée. Cette année, y?a le bac (sourires). J?ai bien réussi le français et l?histoire. Je ne sais pas pourquoi je suis allé en bac S (rires). Je vais essayer de louper le moins de cours possible, car rattraper deux heures de physique, c?est difficile. Après, s?il faut louper les cours pour aller en Norvège, bien sûr que je le ferai.

Et après le bac ?
Je veux me concentrer sur le saut, mais je ne vais pas arrêter mes études complètement, sinon je sais que je ne m?y remettrai jamais, et je ne veux pas être caissière au Carrefour des Contamines (rires). J?ai pour projet de faire du théâtre et du cinéma, un jour dans ma vie, quand j?aurai arrêté le saut. J?aimerais faire une école de théâtre, mais les plus intéressantes sont sur Paris, et ce n?est pas très compatible avec le saut. Donc je vais peut-être faire une licence d?anglais en attendant.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant