Déçu, Wauquiez trace sa route

le
0
Le député UMP de la Haute-Loire estime que l'entente trouvée entre les deux derniers prétendants à la présidence de l'UMP est un «compromis boiteux qui gèle le débat d'idées».

Peut-on encore parler du «filloniste» Laurent Wauquiez? «François Fillon est un ami, Jean-François Copé n'est pas un ennemi», élude le député maire du Puy-en-Velay. L'interview qu'il a donnée au Monde le 1er juin pour dénoncer l'accord Fillon-Copé est, explique Wauquiez, une «première pierre» sur la route qu'il est désormais déterminé à tracer seul. Son programme de déplacements impressionne: il était à Toulouse le 22 mai, à Bourges le 23, à Carcassonne le 29, à La Rochelle le 4 juin, il sera vendredi 7 juin à Grasse, le 10 à Amiens... Et la liste n'est pas exhaustive.

«La première étape, c'était de reprendre sa liberté de parole», explique un membre de la Droite sociale, le mouvement fondé par le député de Haute-Loire. «J'ai dit tout haut ce qu'on est nombreux à penser»...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant