Décryptage : Où vont les marchés ?

le
11
Après les propos ambigus de Bernanke, les marchés jouent à se faire peur mais la tendance reste positive. Les multiples de valorisation devraient poursuivre leur hausse selon le bureau d'analyse indépendant AlphaValue qui donne un objectif sur le Cac 40 à 4 450 points.

La baisse de jeudi (-2,07% à Paris) marque t-elle le retour de la défiance sur les marchés actions ? Une réunion de la Reserve Federal (Fed) aux conclusions peu claires et un indicateur chinois décevant ont suffi à provoquer une mini-panique sur les marchés. En début de semaine, le Cac 40 avait pourtant repassé la barre des 4 000 points et retrouvé ainsi ses niveaux du printemps 2011, avant le plongeon spectaculaire de l'été de cette même année quand les investisseurs du monde entier avaient brutalement déserté la zone euro, découragés par l'inaptitude des Européens à régler la crise grecque. Seule la poursuite des politiques non conventionnelles des banques centrales (QE, OMT etc.) a contribué à rassurer progressivement les investisseurs encore tétanisés jusqu'à l'été 2012.

Mercredi 22 mai, Ben Bernanke a confirmé qu'il poursuivrait sa politique « ultra-accommodante » pour ne pas affaiblir brutalement l'économie. Pour autant, les intentions du patron de la Reserve Federal restent difficiles à décrypter selon les analystes. « Le timing sur un début de normalisation de la politique du Fed reste très incertain. Le président du Fed se veut pragmatique et réagira en fonction des prochains indicateurs économiques » précise Christian Parisot, économiste chez Aurel BGC. Si les injections de liquidité devront baisser à l'avenir, rien n'indique que la Fed agira dans la précipitation. Les dissensions au sein du FOMC (le comité de politique monétaire) de la Reserve Federal sur la réduction éventuelle de la taille du programme d'assouplissement quantitatif (QE) semblent toutefois alimenter les craintes des investisseurs qui se sont accoutumés dangereusement aux perfusions de liquidités fournies par les banques centrales. Jeudi, les marchés ont ainsi corrigé sévèrement après plusieurs séances dans le vert.

Des taux courts proches de zéro... pour longtemps

En 2013, l'économie mondiale va poursuivre une croissance de 2,3% en moyenne. Un chiffre bien entendu peu significatif. La Chine devrait voir son PIB accélérer de 7,5%, les Etats-Unis sont attendus en croissance de 2% mais la zone euro reste toujours à la traîne et pourrait voir son PIB reculer de 0,2% (+0,2% pour la France). « En additionnant en Europe les politiques d'austérité, on obtient des résultats catastrophiques : cette austérité conduit à une hausse du ratio dette/PIB... à cause de la baisse du dénominateur. Ainsi, contrairement à ce que pensait le FMI avant de reconnaître son erreur, un point de réduction du déficit structurel coûte 1,5% de croissance du PIB et non 0,5%-0,6% ! » déplore Philippe Brossard, économiste chez AG2R La Mondiale.

Si les investisseurs s'inquiètent de la normalisation inévitable des programmes de rachats d'actifs par les banques centrales, ils pourront tout de même compter sur des taux courts durablement proches de zéro au cours des prochains mois. En Europe, la faiblesse de la croissance ne plaide guère en faveur d'une hausse et aux Etats-Unis, Ben Bernanke a déjà prévenu qu'un possible relèvement restait conditionné à une baisse du chômage en dessous de 6,5%. A 7,5%, nous n'y sommes pas encore. Pour Philippe Brossard, il est même fort probable que les taux pourraient rester nuls, hors inflation, pendant plus de dix ans.

Une révolution énergétique encore sous-estimée ?

Dans ce contexte, les anticipations des investisseurs devraient rester positives à moyen terme. Avec une prime de risque à 7,25% fin avril contre 8,66% en moyenne depuis début 2009, la confiance a clairement fait son retour et milite en faveur de la remontée des multiples de valorisation. « A 13,8, le PE atteint son plus haut niveau depuis trente mois mais nous pensons qu'il pourrait se diriger vers 16. Outre, la médiocrité du rendement proposé par les placements alternatifs aux actions (monétaire, obligations etc.), la poursuite de la baisse de la prime de risque va être entretenue selon nous par le mouvement de baisse des prix de l'énergie résultant notamment du développement de l'exploitation des gaz de schiste aux Etats-Unis. C'est un choc technologique qui peut changer la donne industrielle » analyse Pierre-Yves Gauthier, directeur de la stratégie chez AlphaValue, bureau d'analyse financière indépendant qui suit 460 entreprises cotées en Europe.

Selon AlphaValue, la croissance des bénéfices des entreprises devrait atteindre 5,1% contre un recul de 6% en 2012. L'objectif du bureau d'analyses à 6-12 mois ressort à 4 450 points sur le Cac 40 et 320 points sur le Stoxx600. Parmi les secteurs les plus sûrs, le bureau d'analyse met notamment en avant la construction (Lafarge), les utilities (Veolia), les télécoms (Telefonica), les compagnies d'assurance (Axa, Zurich Insurance Group), l'aéronautique/défense (EADS, Finmeccanica).

Julien Gautier



Lire aussi sur Boursorama :

Les Bourses européennes dans le doute

Wall Street dans le rouge à son tour

Le Cac 40 repasse sous les 4 000 points

Inquiétudes sur la Chine

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jgrant81 le samedi 25 mai 2013 à 19:25

    @gleterri : ah bon ????? pendant 2 ans les findumondistes nous ont bassiné tous les jours sur bourso et sur BFM, avec des annonces d'un retour du CAC à 1500 lol. @ouakal : les petites gens qui ne comprennent rien à la bourse, ça a l'air d'être toi visiblement. les indices sont au niveau de 2005, avec des sociétés trois fois plus grosses. utilisez votre cervelle au lieu de faire les moutons en espérant une fin du monde

  • Ouakal le vendredi 24 mai 2013 à 23:08

    A 7000 pts ces guignols nous expliquaient qu'il fallait acheter.Enfin les guignols se sont plutôt ceux qui les écoutent ! Mes les conseilleurs ou les gérants gagnent très bien leur vie en vous facturant des frais de gestion,d'entrée,de courtage....

  • Ouakal le vendredi 24 mai 2013 à 23:04

    Mais bien sûr Messieurs d'Alphablue,bureau d'analyste independant tout va bien.Si on s'amuser à chercher par qui ils sont detenus et qui les paie on comprendrait mieux leur optimisme.N'attendez pas de ces pseudo bureaux d'analystes ou des gérants actions ou encore des médias notamment BFM, qu'ils vous disent de ne pas acheter d'actions, ils vivent de ça !!!De gros menteurs qui incitent les épargnants crédules à aller brûler leurs économies en bourse.Une honte !

  • TL70190 le vendredi 24 mai 2013 à 11:44

    il n'y a plus de vertus , de travail réel , le mensonge en est le sang !

  • gleterri le vendredi 24 mai 2013 à 11:24

    Avez vous deja entendu un cabinet d analyse sur bourso, qui prevoit un CAC a une valeur inferieure dans le futur ? bien sur que non, c est contre productif pour le business des banques qui veulent augmenter au max, la quantite de fonds des particuliers sous leur gestion. ils vivent des commissions et du capital dispo pour faire du profit en faisant du leverage pour leur propre compte. le reste c est juste de la communication pour attirer les fonds des investisseurs.

  • Isegoria le vendredi 24 mai 2013 à 08:16

    Il n'y a pas de craintes a avoir ce système est mort depuis 2008...

  • v.gehres le jeudi 23 mai 2013 à 21:51

    Les télécoms ? hi,hi,hi....

  • guerber3 le jeudi 23 mai 2013 à 21:32

    Un monde de faussaires-voyous, c'est tout ce qu'il nous reste!!!

  • olivie91 le jeudi 23 mai 2013 à 18:58

    Bof 90% des échanges financiers ne profitent pas à l'économie et ne créent pas d'emplois. Tout est fait pour manipuler les cours pour en tirer les meilleurs profits qui eux même ne retournent pas à l'économie. A noter que j'en profite de ce système mais je n’investis pas pour autant les plus values dans des achats créant de l'emploi sauf le jour ou j'abandonnerai la bourse.Et demain ça remonte et après en été ça chutera en septembre ça remontera etc sauf catastrophe qui change les règles du jeu.

  • madalton le jeudi 23 mai 2013 à 18:33

    @ eskimmo: bonne question!