Décryptage : Chypre, la course contre la montre est engagée

le
14
Le sort de Chypre va se jouer d'ici la fin de la semaine. Faute d'accord d'ici lundi entre le gouvernement chypriote et ses bailleurs de fonds, la BCE pourrait couper le robinet à liquidités et plonger les banques du pays dans la faillite. Le temps presse.

A nouveau, la zone euro est confrontée au retour de la tension. Risque systémique, « bank run », réunions d'urgence de la troïka etc. On se croirait revenus aux pires heures de la crise grecque. Cette fois, c'est l'île de Chypre qui menace de faire faillite. Le pays, qui a adopté la monnaie unique en 2008, ne pèse pourtant que 0,2% du PIB de la zone euro. Mais Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe, l'a assuré jeudi : la crise chypriote pose un « risque systémique ».

Plombé par la défaillance de son système bancaire, le pays a besoin de 17 milliards d'euros. Bruxelles est prêt à verser 10 milliards. Pour le solde de 7 milliards à la charge de Nicosie, un plan initial envisagé au niveau européen prévoyait la taxation des dépôts bancaires. Tollé général ! La Russie s'en mêle par la voix de Vladimir Poutine. On estime en effet à plus de 20 milliards d'euros le montant des dépôts de ses compatriotes à Chypre. L'île méditerranéenne est devenue en quelques années un paradis fiscal très prisé des ressortissants russes. Or, le PIB annuel de Chypre, dont l'économie est exsangue, n'excède pas 17 milliards d'euros ! Le système bancaire chypriote est donc totalement surdimensionné par rapport à la taille de l'économie locale. Mais ces établissements financiers se sont avérés des colosses aux pieds d'argile, frappés de plein fouet par la restructuration de la dette grecque.

Ultimatum de la BCE

Mardi, le Parlement chypriote a rejeté le plan de sauvetage qui prévoyait de taxer les dépôts à 6,75% de 20 000 à 100 000 euros et à 9,9% au-delà de 100 000 euros. Réaction inédite de la BCE qui lance un ultimatum au gouvernement chypriote et à ses créanciers. Si aucun accord n'est trouvé d'ici lundi, l'institution de Francfort n'hésitera pas à couper le robinet des liquidités aux banques du pays. Dans l'attente d'un plan B présenté par Chypre, la tension est à son comble alors que les banques restent fermées depuis samedi dernier et ne devraient pas rouvrir avant mardi prochain, accentuant l'impression de panique et les retraits d'argent des Chypriotes.

Nicosie évoque la création d'un fonds d'investissement de solidarité pour éviter la faillite des banques mais les contours d'un nécessaire plan B ne sont pour l'heure pas connus. Une chose est sûre, le temps presse. A Nicosie, Bruxelles et Moscou, les négociations s'activent. Un accord de Chypre avec la Russie semble indispensable pour obtenir l'aide financière nécessaire. L'enjeu est d'éviter d'abandonner à leur sort les banques chypriotes. Dans ce cas, c'est Chypre qui ferait faillite et l'île pourrait être purement et simplement éjectée de la zone euro.

J.G


Lire aussi sur Boursorama :

Un accord trouvé dans la nuit de dimanche à lundi pour éviter la faillite.

Les négociations se poursuivent. L'idée d'une taxe bancaire refait surface.

Athènes va racheter les filiales des banques chypriotes présentes en Grèce

Echec des négociations entre Nicosie et Moscou, le plan chypriote en suspens

Le Parlement chypriote réuni vendredi, la séance retardée

Un plan B annoncé aux frontières encore floues

Crainte d'un effondrement du système bancaire à Chypre

La BCE met Chypre au pied du mur

Medvedev menace de baisser les réserves de la Russie en euros

Relire l'interview de Marc Touati, économiste chez ACDFI

En vidéo :

Déclaration du porte-parole du gouvernement chypriote sur les négociations en cours

Le compte à rebours. Retrouvez l'analyse de Pierre Alexandre (NYFP).

Les inquiétudes d'Herman Van Rompuy

Bruxelles demande un plan alternatif

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8725649 le samedi 23 mar 2013 à 17:49

    Tout le monde est responsable de cette situation, les banques les premières.

  • pichou59 le samedi 23 mar 2013 à 14:20

    l'europe est la seule responsable : ELUS et fonctionnaires s'engraissent sur notre dos!!!!!!

  • grokuik1 le vendredi 22 mar 2013 à 18:42

    bien vu a.guer depuis le départ de cette affaire la meilleure des solutions était celle de leur sortie de l'EUROPE , on ne peut renflouer sans cesse des pays sous dominance mafieuse !!

  • a.guer le vendredi 22 mar 2013 à 16:33

    "l’île pourrait être purement et simplement éjectée de la zone euro" , c'est bien la meilleure des solutions, il faut percer l'abcès

  • davidvo1 le vendredi 22 mar 2013 à 13:20

    Isegoria...si le Luxembourg a de l'argent sale, alors Andorre, la Suisse, les Pays-Bas, l'Autriche, les Iles Vierges, les Iles caymans, Monaco, le Delaware, Jersey, Guernsey...et j'en passe aussi. Alors il vaut mieux que ce soit au Luxembourg. Ceci dit, la France n'est pas en reste si on connait les lois

  • Isegoria le vendredi 22 mar 2013 à 13:06

    Si les Russes s'attaquaient a la blanchisseuse d'argent sale Européen et nord Americain qu'est le Luxembourg, imaginez se que dirait les fachocrates de Bruxelles... Arrêtez avec les Russes ! Se n'est pas Chypre le problème, c'est l'UE ! Il est urgent d'atomiser cette dictature...

  • andre541 le vendredi 22 mar 2013 à 12:55

    L'Europe c'est le mariage de la carpe et du lapin.Comment vouloir mettre dans le même panier ( de crabes ) des pays si différents.

  • davidvo1 le vendredi 22 mar 2013 à 12:40

    L'Allemagne et la BCE ont raison. Il faut arrêter cette anarchie.

  • M4239886 le vendredi 22 mar 2013 à 09:36

    Les Allemands ont raison. Les citoyens européens ne comprendraient qu'il faille aider un système bancaire chypriote dont les principaux créanciers sont l'élite russe corrompue.

  • EuropeGa le vendredi 22 mar 2013 à 02:12

    En quelque sorte, à Chypre, l’impérialisme allemand est en train de marquer sa frontière.