Décryptage : Chute des offres publiques en 2013 mais hausse des opérations industrielles (étude Ricol Lasteyrie)

le
0

 

Décryptage : Chute des offres publiques en 2013 mais hausse des opérations industrielles (étude Ricol Lasteyrie)
Décryptage : Chute des offres publiques en 2013 mais hausse des opérations industrielles (étude Ricol Lasteyrie)

 

2013 n'aura pas été l'année des fusions-acquisitions mais le retour des opérations industrielles significatives dans le secteur technologique est prometteur avance Sonia Bonnet-Bernard, associée-gérante de Ricol Lasteyrie Corporate Finance.

Mauvaise année pour le marché des fusions et acquisitions. Sous l'effet du ralentissement économique, les offres publiques ont reculé en 2013 de plus de 30 % par rapport à 2011, année de rebond. Le cinquième Observatoire des Offres Publiques, publié par Ricol Lasteyrie, recense ainsi 37 offres publiques à la Bourse de Paris l'an dernier contre 41 opérations en 2012 et 54 opérations en 2011. Comment expliquer une telle désaffection ?

Avec un historique de maintenant six ans, notre étude montre clairement que l'évolution du nombre d'offres publiques reflète fidèlement celle du PIB français. On aurait pu penser que le niveau des cours de bourse jouait un rôle crucial, mais non, c'est bien la croissance qui est le facteur déterminant. Après l'embellie de 2011, l'économie a rechuté traversant même une courte récession fin 2012 et début 2013, entraînant une forte baisse du nombre d'offres publiques.

La prudence des acteurs économiques se reflète plus encore dans la chute des montants financiers en jeux. En effet, les 37 opérations recensées se sont traduites par des achats d'actions d'un montant de seulement 758 millions d'euros, soit une chute de 76 % par rapport aux 3,24 milliards enregistrés en 2012, sans parler des quelque 8 milliards de 2011. Sans l'offre publique d'échange de Foncière des Régions sur Foncière Développement Logements, 2013 aurait été encore plus faible de ce point de vue que l'année 2009 au c½ur de la crise.

Les primes offertes dans le cadre de ces offres sont également en baisse, non pas à cause de la morosité économique mais, au contraire, en raison de la hausse des cours de bourse. Ainsi, la prime moyenne offerte aux détenteurs d'actions ressort à 29 % par rapport au dernier cours de bourse, loin de la moyenne de 43 % observée pour les offres publiques en 2012. Elle n'est plus que de 12 % par rapport à la valeur intrinsèque des entreprises cibles calculée par les experts indépendants.

Dans ce paysage globalement déprimé, on note tout de même des motifs de satisfaction. En premier lieu, le nombre de sociétés cotées sur Euronext et Alternext ne baisse plus. En 2013, seize sociétés ont été retirées de la cote à la suite d'offres publiques, à comparer aux 26 nouvelles cotations sur Euronext et Alternext. En 2012, un total de 22 sociétés avaient été retirées de la bourse tandis que seules 19 avaient fait leur entrée sur le marché.

Surtout, on note le retour des opérations industrielles. C'est sans doute là que réside l'élément le plus encourageant de l'étude. Même si les offres publiques sont de taille modeste, on observe une série d'opérations stratégiques, notamment dans le secteur de la technologie : électronique, informatique, internet, 3D... Par exemple, l'OPA amicale d'Aubay sur Aedian, annoncée mi-2013, vise à constituer un groupe leader en France des services informatiques auprès des grands comptes tertiaires. De même, l'acquisition d'Osiatis par Econocom permet à ce dernier de se renforcer sur le marché des services numériques où la taille est un enjeu stratégique.

Dans le secteur de l'impression 3D, une pépite française, Phénix Systems est passée sous pavillon américain suite à son rachat par le numéro deux mondial 3D System. Enfin, dans le secteur des énergies propres, le rachat à 100 % d'Aerowatt par JMB Energie a abouti à la constitution d'un nouveau groupe : Quadran Energies libres, nouveau leader indépendant de la production d'énergie verte en France.

Cette tendance laisse espérer une poursuite des opérations industrielles en 2014. Reste à savoir si les grands groupes participeront au mouvement.

Sonia Bonnet-Bernard

 

 

Décryptage : Chute des offres publiques en 2013 mais hausse des opérations industrielles
Décryptage : Chute des offres publiques en 2013 mais hausse des opérations industrielles (étude Ricol Lasteyrie)

 

 

 

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant