Décret anti-réfugiés : la Maison Blanche persiste

le , mis à jour à 21:28
0
Décret anti-réfugiés : la Maison Blanche persiste
Décret anti-réfugiés : la Maison Blanche persiste

«Notre pays a besoin de frontières fortes et d'un contrôle extrême, MAINTENANT. Regardez ce qui se passe dans toute l'Europe et, en fait, dans le monde - un désordre horrible!» : tel est le tweet qu'a posté dimanche le président des Etats-Unis, alors que la mobilisation se poursuivait aux Etats-Unis face à l'interdiction d'entrée sur le territoire des réfugiés et des ressortissants de sept pays musulmans. Toutefois la Maison Blanche a précisé que les détenteurs de permis de résident permanent («cartes vertes») pouvaient a priori rentrer aux Etats-Unis.

 

 

Our country needs strong borders and extreme vetting, NOW. Look what is happening all over Europe and, indeed, the world - a horrible mess!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 29 janvier 2017

 

Une «vingtaine de personnes» étaient toujours retenues dimanche matin par les services d'immigration américains pour des «vérifications plus poussées», en vertu du décret migratoire de Donald Trump, a indiqué le secrétaire général de la Maison Blanche, Reince Priebus sur la chaîne CBS. «Je pense que ces gens seront relâchés s'ils ne présentent pas de danger et peut-être que certains resteront en détention s'ils sont jugés dangereux pour ce pays», a t-il ajouté.

 

 

Des contrôles renforcés pour «109 personnes»

 

 

Plusieurs haut-responsables de la Maison Blanche ont défendu dimanche sur les télévisions américaines l'application de ce décret pris vendredi soir par le président américain. Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a indiqué que sur les 325.000 étrangers arrivés aux Etats-Unis samedi, seules «109 personnes» ont subi des contrôles renforcés afin de «s'assurer que les gens que nous laissons entrer dans notre pays viennent avec des intentions pacifiques», a t-il déclaré dimanche sur la chaîne ABC.

 

Sean Spicer a justifié l'absence d'annonce préalable qui a conduit à une situation ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant