Découvrez les stations balnéaires où les prix baissent le plus

le
0

INFOGRAPHIE - Alors que les prix de l’immobilier ancien sont globalement stables, les tarifs sont assez nettement orientés à la baisse en bord de mer selon les statistiques des notaires.

Bonne nouvelle, la météo printanière n’est pas la seule à rendre les stations balnéaires particulièrement attrayantes en ce moment. À en croire les statistiques publiées par les notaires, les prix de l’immobilier ont tendance à se faire plus doux en bord de mer. En effet, sur l’ensemble du territoire les prix dans l’ancien sont globalement stables (-0,2%) et ceux des maisons ont même connu une augmentation annuelle de 0,4% au dernier trimestre 2015 alors que le marché balnéaire est, lui, sensiblement orienté à la baisse.

Sur plus d’une trentaine de villes analysées, les trois quarts d’entre elles affichent une diminution des prix médians sur un an. Dans certaines stations, les tarifs sont même franchement à marée basse, avec des reculs dépassant les 10%. Ainsi, pour les maisons, c’est Saint-Raphaël qui enregistre le plus fort repli (-12,8%) devant Concarneau (-12,2%) et Saint-Malo (-11,4%). Et pour les appartements, cap sur Dieppe pour bénéficier de la plus forte baisse (-12,6%) ou encore La Baule (-12%) voire Saint-Hilaire-de-Riez (-10,3%).

Ça repart en fanfare à Ajaccio

Une situation qui n’empêche pas des hausses, parfois importantes. C’est ainsi que le marché des appartements repart en fanfare à Ajaccio (+9%) et Biscarrosse (+7,9%) tandis que les maisons ont une poussée de fièvre à La Baule (+13%) et une belle progression à Dunkerque (+5,1%).

Avant de se précipiter pour acquérir un logement dans l’une de ces stations, pensez à jeter un œil à notre infographie qui rappelle à quel point les prix médians font le grand écart selon le coin de mer où l’on rêve d’aller poser sa serviette de bain. Si à Cherbourg, Dieppe ou Dunkerque les prix des appartements tournent autour de 1500 euros le mètre carré, il faut compter le triple à Biarritz et presque autant à Menton, La Baule ou au Touquet.

Et pour les maisons, le fossé est plus grand encore: l’écart de tarif médian va de 1 à 5 voire 6 entre le haut du panier représenté par Antibes, Lège-Cap-Ferret et Biarritz avec des transactions comprises entre 500.000 et 600.000 euros quand Boulogne-sur-Mer, Dieppe et Crozon se maintiennent sous les 140.000 euros.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant