Découvrez ce loft contemporain installé dans dans un couvent de Dijon

le
0
EN IMAGES - Au c½ur de la cité des ducs de Bourgogne, ce loft de 400 m² mêle des voûtes de pierre du XVIIe siècle et une verrière contemporaine. Pour se l'offrir, il faudra tout de même débourser près de 1,2 million d'euros. Dans les années 1600, celles qui avaient fait le v½u de s'installer dans ce couvent de Dijon étaient censées vivre dans le dénuement et la simplicité. Pas sûr que les acheteurs de l'époque actuelles qui sont prêts à débourser 1,16 million d'euros pour s'offrir cet appartement hors normes fasse le même choix. C'est l'agence immobilière Espaces atypiques qui propose à la vente ce loft des «Temps modernes», entièrement réhabilité il y a trois ans à peine. » Lire aussi - Visitez cette immense chapelle transformée en logement L'heureux propriétaire des lieux disposera d'un savant mélange de voûtes chargées d'histoire et de volumes très contemporains avec sa verrière et ses voiles de tissu pour atténuer la lumière directe. Les lieux disposent d'un espace de réception monumental avec ses 150 m² et pas moins de 7 mètres de hauteur sous plafond. Dans ces dimensions généreuses, la cuisine est forcément grande ouverte tandis que les deux plus petites chambres (celles des enfants?) couvrent près de 30 m² chacune. Les lieux disposent de deux autres chambres plus vastes avec leur salle de bains respective ouvertes sur «le jardin de curé» de l'hôtel particulier.Copropriété de 141 lots Et pour compléter le tout, les lieux disposent de deux grandes caves voûtées, d'un emplacement de parking ainsi qu'une (petite) terrasse ombragée et une place de stationnement installées dans une cour privée. Malgré ces immenses espaces, il faut pourtant noter que les propriétaires ne pourront pas vivre réellement à l'isolement dans leur couvent puisqu'il s'inscrit dans une copropriété de 141 lots. Il leur faudra par ailleurs débourser 2900 euros du mètre carré pour s'offrir ce logement, soit la fourchette haute des tarifs pratiqués dans la ville.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant