Découverte estivale de l'unique phare breton... à Paris

le
0

Nul besoin de partir en vacances pour admirer la beauté d’un paysage maritime : Paris aussi a son phare ! En plein cœur du quinzième arrondissement, découvrez cet édifice avec son marin-pêcheur et son chalutier.

Avis aux amateurs de bâtiments insolites et curiosités de la capitale, voici l’appel du large au métro Plaisance. Quelle n’est pas la surprise de ceux qui se promènent dans les rues du XVe arrondissement et qui, levant les yeux au ciel, découvrent un phare! Une apparition. Rouge et blanc, il se dresse sur un talus au 69 rue Castagnary. Haut d’une dizaine de mètres, il rappelle à merveille ces phares au nez tantôt rouge, vert ou noir caractéristiques des côtes bretonnes. À ses pieds et entre la végétation qui a poussé, une pancarte indique dans quelles eaux vous naviguez: «Danger. Ralentissez. Halle aux huîtres».

Un sentinelle de la mer et son marin pensionnaire

C’est en effet sur les traces de la plus grande poissonnerie de Paris - et halle aux huîtres - que s’élève ce superbe phare à l’allure typiquement bretonne. La petite histoire raconte que c’est en 1994, à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de l’enseigne que le phare a été érigé. Sur sa face arrière uniquement visible depuis les quais de la gare Montparnasse, les visiteurs peuvent y lire l’inscription suivante: «Gloire aux marins-pêcheurs». Comme tout phare qui brille au loin, celui-ci a même attiré jusqu’à lui un chalutier et son marin-pêcheur qui n’ont semblent-ils jamais lever l’ancre de l’îlot parisien! Dépaysement iodé garanti pour les promeneurs du quartier.

Aujourd’hui pourtant, l’ancienne poissonnerie appelée «La Criée du Phare» n’existe plus... Tandis que ses arrivages quotidiens de poissons et coquillages frais ont longtemps séduit les Parisiens, l’enseigne a coulé lorsqu’en 2005, des tonnes de poissons avariés y ont été enlevées. Entassés dans l’entrepôt frigorifique, ils attendaient patiemment d’être évacués. Gêné par l’odeur pestilentielle qui se propageait aux alentours, le voisinage avait donc alerté les services sanitaires et l’activité n’a jamais repris. De cette halle aux huîtres il reste toutefois son phare et sa mise en scène amusante. Désormais, la rumeur fait vent d’un projet ferme urbaine en ce même lieu, qui pourrait peut-être laisser place à des cultures de fruits et légumes.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant