Découvert bancaire : le jackpot pour les banques

le , mis à jour à 07:54
6
Découvert bancaire : le jackpot pour les banques
Découvert bancaire : le jackpot pour les banques

Les Français sont régulièrement dans le rouge. Les comptes ordinaires des particuliers étaient débiteurs d'environ 7,6 Mds€ au 1er trimestre 2016, selon la Banque de France. En dix ans, de 2006 à 2016, l'encours des découverts a augmenté de 22,5 %, un gouffre financier pour les particuliers, mais surtout, pour les banques... une véritable mine d'or !

 

Car l'autorisation de découvert, traduite en langage économique, n'est rien d'autre chose qu'un crédit à court terme à un client captif, très peu risqué pour l'établissement bancaire et très bien rémunéré, avec des taux compris entre 8 % et 16 % (découvert autorisé), pouvant même grimper jusqu'aux alentours de 20 % (découvert non autorisé). Cerise sur le gâteau pour les banques, la plupart profitent même du dépassement de découvert autorisé pour prélever de généreuses « commissions d'intervention ». Certes, depuis 2014, la loi est venue mettre de l'ordre : celles-ci ne peuvent plus excéder 8 € par opération, avec un plafond de 80 € par mois. Mais en retour, beaucoup de banques se sont alignées à la hausse sur le plafond légal...

 

Bref, les découverts coûtent cher (aux clients) et rapportent gros (aux établissements). En 2016, les tarifs des banques tournent autour de 190,50 € par an en moyenne. Leur analyse détaillée révèle qu'environ un tiers correspond au prix de la carte bancaire, un tiers aux frais de tenue de compte et le dernier tiers... au coût des découverts !

 

Car pas moins de deux Français sur cinq se retrouvent avec un solde négatif sur leur compte à la fin de chaque mois. Certes, les conditions générales détaillent avec une précision extrême, dans les brochures et sur Internet, la méthode de calcul appliquée, mais bien malin — ou patient — qui parvient à déchiffrer les sigles abscons et calculer ce qu'il lui en coûtera précisément de finir dans le rouge.

 

Les commissions d'intervention :  de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 11 mois

    Le meilleur client : celui qui a un découvert colossal uniquement par le jeu des dates d'opérations, là c'est du sans risque et le vrai jackpot.

  • frk987 il y a 11 mois

    Comme vous dira une banque le plus mauvais client est celui qui n'a jamais de découvert, celui là est à fuir.

  • dotcom1 il y a 11 mois

    Pas de découvert, pas de jackpot.

  • Cambio17 il y a 11 mois

    Nos très chers banquiers s'en mettent plein les poches ! Après ils faut les aider durant les crises... Tous les comptes courants sont facturés ! La SG a reçu 2,2 milliards d'euros d'avoir fiscal lors de l'affaire Kerviel c'est beau...

  • lahmer il y a 11 mois

    ma femme à eue son compte à découvert 1 jour pour la somme de 5,80 euros et bien les frais se montent à 1,30 euros soit un montant de 22%.....et je vous le donne en mille la banque est SOCIÉTÉ GÉNÉRALE.

  • M140210 il y a 11 mois

    Si les banques perdaient de l'argent sur le détail ça se saurait. Les pertes des banques ne sont que le fait d'investissements hasardeux, à l'image du Crédit Agricole, et d'effets comptables.