Décote plus importante que prévu de Banco Popular

le
0
DÉCOTE PLUS IMPORTANTE QUE PRÉVU DE BANCO POPULAR POUR SON AUGMENTATION DE CAPITAL
DÉCOTE PLUS IMPORTANTE QUE PRÉVU DE BANCO POPULAR POUR SON AUGMENTATION DE CAPITAL

MADRID (Reuters) - Banco Popular a dû consentir à une décote plus importante que prévu pour convaincre les investisseurs de souscrire à une augmentation de capital de 2,5 milliards d'euros, somme censée éviter à la banque espagnole d'avoir recours à une aide européenne.

Cet appel au marché, qui avait été annoncé le 1er octobre, a été approuvé samedi par les actionnaires lors d'une assemblée générale extraordinaire au cours de laquelle certains petits porteurs ont exprimé leur colère à l'encontre de la direction de banque, tenue responsable de la chute de près de 70% du cours de l'action depuis le début de l'année.

Popular, sixième banque espagnole par les actifs, a subi de plein fouet l'effondrement du marché immobilier du pays et fut le principal établissement non nationalisé à ne pas avoir réussi des tests de résistance menés en septembre.

L'audit du cabinet privé Oliver Wyman avait estimé que Popular avait besoin de 3,2 milliards d'euros supplémentaires pour résister à un nouveau choc économique de grande ampleur, une conclusion qui avait conduit la banque à annoncer son augmentation de capital.

Dans le cadre de cette opération, Popular propose trois nouvelles actions par action existante détenue à un prix unitaire de 0,401 euros. Cela représente une décote de 64% par rapport au cours de clôture de vendredi de 1,118 euro alors que les analystes financiers avaient anticipé sur un rabais de 55%.

Comme annoncé début octobre, Popular a également suspendu le versement de dividendes pour préserver son bilan.

L'éclatement de la bulle immobilière vers fin de la décennie 2000-2010 a laissé les banques espagnoles avec 184 milliards d'euros de créances irrécouvrables et de projets inachevés.

Le gouvernement espagnol a mis en place une structure de défaisance, la Sareb, pour nettoyer le système bancaire des actifs toxiques hérités de la bulle immobilière.

Et Madrid a obtenu de ses partenaires européens une ligne de crédit de 100 milliards d'euros pour secourir les banques les plus touchées.

Tomas Cobos, Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant