Décision de la BCE sur la Grèce : Marine Le Pen dénonce la «dictature» de l'UE

le
2
Décision de la BCE sur la Grèce : Marine Le Pen dénonce la «dictature» de l'UE
Décision de la BCE sur la Grèce : Marine Le Pen dénonce la «dictature» de l'UE

La BCE a décidé, mercredi soir, de couper les robinets financiers pour infléchir la politique du nouveau gouvernement grec, mené par Alexis Tsipras, du parti de la gauche radicale Syriza. De l'extrême droite à l'extrême gauche, les réactions fusent pour dénoncer cette mesure, alors que le gouvernement d'Athènes veut renégocier la dette de 300 milliards d'euros du pays et sortir de la politique d'austérité imposée par Bruxelles.

Marine Le Pen dénonce «une mesure d'une exceptionnelle agressivité». «Nous avons confirmation que l'Union européenne s'apparente de plus en plus ouvertement à une dictature, où toutes les menaces sont bonnes pour faire plier des gouvernements démocratiquement élus et imposer une politique décidée à Bruxelles, Francfort et Berlin», lance la présidente du Front national, dans un communiqué. Parlant d'une «mesure d'une exceptionnelle agressivité contre la Grèce», elle estime que «l'objectif est clair : forcer les autorités grecques à abandonner leurs engagements électoraux et à revenir dans les clous d'une politique d'austérité pourtant aussi inefficace économiquement que désastreuse socialement.» Selon la responsable frontiste, «le nouveau gouvernement grec n'a déjà plus le choix et devra se débarrasser de l'euro s'il souhaite pouvoir mener une autre politique et redresser le pays.»

Jean Luc Mélenchon prédit «une crise majeure». «La décision de la BCE à l'encontre de la Grèce entraîne l'Europe dans une direction autoritaire inouïe et l'euro vers une crise majeure. Couper les liquidités d'un pays a déjà été fait contre Chypre. Ce pays avait été mis à genoux par la violence d'un procédé qui s'identifiait comme un acte de guerre.» Face à la Grèce, estime l'eurodéputé et leader du Front de gauche sur son site, «c'est une illustration sinistre de la formule de Junker selon laquelle "il n'y a pas de décision démocratique possible contre les traités ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4369955 le jeudi 5 fév 2015 à 17:43

    Sans être FN, on ne peux que constater que que Marine le Pen ne dit que la vérité : d'ailleurs toute la classe politique est de plus en plus mal à l'aise avec cette dictature européenne et le constat que nous ne sommes plus un pays souverain ....

  • 66michel le jeudi 5 fév 2015 à 15:43

    Tout à fait!