Décision attendue ce mardi pour le référé de Kate et William

le
2
LE PRINCE WILLIAM ET SON ÉPOUSE KATE SAISISSENT LA JUSTICE FRANÇAISE CONTRE CLOSER
LE PRINCE WILLIAM ET SON ÉPOUSE KATE SAISISSENT LA JUSTICE FRANÇAISE CONTRE CLOSER

NANTERRE, Hauts-de-Seine (Reuters) - Le prince William et son épouse Kate Middleton ont assigné en référé le magazine Closer lundi en France pour atteinte à la vie privée après la publication de photos de la duchesse de Cambridge seins nus, qui a outré la famille royale.

La décision des juges du tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) a été mise en délibéré à mardi midi.

Le couple princier demande notamment que le magazine people ne puisse céder les clichés à d'autres médias, y compris sur internet, alors qu'un journal irlandais a brisé le consensus dans la presse d'outre-Manche en les publiant.

L'hebdomadaire italien Chi a également sorti lundi une édition spéciale avec les photos prises pendant les vacances du couple début septembre dans une maison d'hôte de luxe du sud de la France.

Parallèlement, le prince William et son épouse ont déposé lundi une plainte au pénal en France pour atteinte à la vie privée, a-t-on appris auprès du parquet de Nanterre.

Cette plainte contre X vise le ou les photographes qui ont pris le couple en photo mais aussi les médias ayant exploité ces clichés, en l'occurrence Closer en France.

Dans l'action au civil, l'avocat de William et de son épouse n'a pas demandé de dommages et intérêts mais une injonction interdisant à Closer de rééditer son numéro et de céder ou diffuser les photos, y compris sur un support numérique.

Ces clichés ont été pris "dans un moment éminemment intime, lors d'une scène de vie de couple qui n'a rien à faire sur la couverture d'un magazine", a dit Me Aurélien Hamelle.

L'avocat a établi un parallèle entre ces clichés et la traque funeste qui a conduit à la mort de la princesse Diana, mère de William, il y a quinze ans.

"LA REINE EST NUE"

L'avocate de Closer, Delphine Pando, a estimé que les réactions étaient "disproportionnées" soulignant que Kate et William s'étaient mariés devant des millions de téléspectateurs.

Elle ajouté que les photos de seins nus n'étaient plus jugées choquantes dans la société actuelle.

La plainte au pénal devrait déboucher ultérieurement sur un procès plus long où des dommages et intérêts seront réclamés.

Le droit français est l'un des plus sévères au monde pour la protection de la vie privée, mais les efforts du palais Saint-James pour éviter la propagation des photos ont été contrecarrés samedi par l'Irish Daily Star.

Sur une double page, le quotidien montre dix photographies de la duchesse de Cambridge, promettant sur la couverture "les photos que tout le monde veut voir".

En outre, les photos ont été à nouveau publiées lundi par le magazine italien Chi qui, apparemment peu impressionné par les actions en justice menées en France, consacre 38 pages, dont 26 de clichés, à Kate, avec pour titre de Une "La Reine est nue".

Closer et Chi font tous deux partie du groupe d'édition Mondadori, contrôlé par l'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi et sa famille.

Marina Berlusconi, fille de Silvio et présidente de Mondadori, a défendu cette décision au nom de la liberté éditoriale.

"La Mondadori est une maison d'édition qui utilise de la meilleure manière possible cette liberté et cette autonomie que les actionnaires lui ont toujours reconnues, et à cette occasion aussi elle s'est bornée à faire son métier", écrit-elle dans une lettre ouverte au quotidien italien La Repubblica.

Gérard Bon et Lucien Libert, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chatnour le lundi 17 sept 2012 à 14:31

    Boursorama, va-t-on ENFIN en finir avec ces titres "racoleurs" qui n'intéressent vraiment pas grand monde ??? N'y a-t-il que ça à traiter par les temps qui courent ? (4ème demande) !!!

  • LeRaleur le lundi 17 sept 2012 à 14:31

    Elle a montré ses roploplos et lui sa Ka-Kate.