Déchets radioactifs : Bure, le prochain Notre-Dame-des-Landes ?

le
0
Bure, village d'une petite centaine d'habitants, recevra donc 240 000 fûts radioactifs dans des galeries souterraines de 300 kilomètres de long.
Bure, village d'une petite centaine d'habitants, recevra donc 240 000 fûts radioactifs dans des galeries souterraines de 300 kilomètres de long.

Cécile Duflot est consternée ; Ségolène Royal, quant à elle, était absente de l'hémicycle... pour faire des selfies avec les Bleus ! L'enfouissement des déchets nucléaires sera-t-il le prochain Notre-Dame-des-Landes ? En tout cas, le sujet n'a pas l'air de passionner la ministre de l'Environnement. Et pourtant, l'enjeu est primordial, dans un pays qui compte 58 réacteurs nucléaires... Il n'y avait pas grand monde à l'Assemblée nationale lundi pour adopter une proposition de loi sur « les modalités de création d'une installation de stockage réversible en couche géologique profonde des déchets radioactifs de haute et moyenne activité à vie longue ». Pour faire simple, il s'agit bien d'enfouir 80 000 mètres cubes de déchets radioactifs dans les sous-sols du village de Bure (Meuse), à 500 mètres de profondeur. Un projet qui implique la construction du Cigéo (Centre industriel de stockage géologique).Bataille : « Je suis presque aussi vieux que les déchets nucléaires »

Tout cela est une vieille histoire, en fait. En effet, le projet remonte au début des années 1990. Très exactement à 1991, lorsque la loi Bataille est adoptée. Son but : examiner la faisabilité du projet de stockage de déchets radioactifs en couche géologique profonde. Deuxième étape : 1994, lorsque quatre sites sont validés. C'est finalement celui de Bure qui sera choisi en 1998. En 2006, une nouvelle loi énonce que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant