Déchets électroniques: l'objectif de collecte sera dépassé cette année

le
0
D'ici 2020, ce sont 65% des déchets de produits électriques et électroniques (téléphones portables, électro-ménager, téléviseurs, etc.) qui doivent être collectés. (Gwoeii/shutterstock.com)
D'ici 2020, ce sont 65% des déchets de produits électriques et électroniques (téléphones portables, électro-ménager, téléviseurs, etc.) qui doivent être collectés. (Gwoeii/shutterstock.com)

(AFP) - L'objectif de collecte des déchets de produits électriques et électroniques (DEEE) sera dépassé en 2015, a indiqué mardi le directeur général de l'éco-organisme Eco-systèmes qui gère l'essentiel de la collecte de ces déchets en France.

"Nous devrions atteindre un taux de collecte de 43,5% en 2015", a indiqué Christian Brabant lors d'un point presse conjoint avec la fédération des entreprises du recyclage Federec sur le salon World Efficiency, alors que l'objectif réglementaire est fixé à 40% cette année.

D'ici 2020, ce sont 65% des déchets de produits électriques et électroniques (téléphones portables, électro-ménager, téléviseurs, etc.) qui doivent être collectés.

Ce chiffre est exprimé en tonnage des volumes mis sur le marché lors des trois années précédentes. 

Ce résultat s'explique notamment par la convention signée l'an dernier entre Eco-systèmes et Federec, selon Christian Brabant.

Cette convention concerne les récupérateurs et les opérateurs de broyages qui collectent habituellement les DEEE ménagers rapportés par des artisans qui n'ont pas le droit de les déposer dans les déchetteries municipales. 

Il représentait jusqu'ici un gisement non pris en charge par Eco-systèmes alors qu'il représente un quart du gisement total des DEEE, selon l'éco-organisme.

L'objectif était de signer un contrat avec 400 récupérateurs en 2016 et 300 à fin 2015, pour intégrer dans la chaîne du recyclage ces déchets et les traiter selon les normes les plus exigeantes au niveau européen.

Selon un premier bilan, dévoilé mardi, 253 contrats ont été passés à ce jour.

"Nous abordions ce projet avec une ambition forte et ce n'était pas gagné au départ, car notre protocole d'engagement est très exigeant", s'est félicité Christian Brabant.

En échange de l'engagement des récupérateurs et des opérateurs, Eco-systèmes leur apporte un soutien financier pour leur permettre de se moderniser et d'assurer la traçabilité des déchets et leur dépollution.

Pour 2015, cela représente un investissement de 5 millions d'euros, a précisé Eco-systèmes. 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant