Déchéance-Larcher veut voir si une "convergence" est possible

le
1
    PARIS, 23 mars (Reuters) - L'Assemblée nationale et le Sénat 
doivent travailler à une "convergence" sur la révision 
constitutionnelle, a déclaré mercredi Gérard Larcher, qui estime 
que le texte voté la veille par le Sénat est "le plus proche de 
l'annonce" de François Hollande au Congrès le 16 novembre. 
    Le Sénat a voté mardi par 176 voix contre 131 une version 
remaniée du projet de loi en limitant la déchéance de 
nationalité pour terrorisme aux seuls binationaux, afin de ne 
pas créer de cas d'apatridie. 
    Ce vote de la haute assemblée, où la droite est majoritaire, 
compromet la mesure-phare voulue par François Hollande après les 
attentats du 13 novembre et rend incertain le sort de l'ensemble 
du texte qui inscrit également l'état d'urgence dans la 
Constitution.   
    Le président du Sénat (Les Républicains), Gérard Larcher, 
doit rencontrer le président ce mercredi à 19h00 (18h00 GMT) à 
l'Elysée, où le président de l'Assemblée nationale, le 
socialiste Claude Bartolone, lui succédera jeudi à 09h00 (08h00 
GMT).    
    "Je verrai avec le président de la République quelle suite 
peut être donnée dans le fonctionnement normal de nos 
institutions", a déclaré Gérard Larcher sur France Info.  
    Les discussions se poursuivent selon lui "entre l'Assemblée 
nationale et le Sénat, entre les parlementaires. Nous devons 
voir si nous pouvons converger ou non." 
    Le texte adopté mardi "est le plus proche de l'annonce [de 
François Hollande-NDLR] qui avait provoqué ce sursaut d'unité au 
Congrès à Versailles le 16 novembre" après les attentats à Paris 
et Saint-Denis qui ont fait 130 morts, a plaidé Gérard Larcher.  
 
 (Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JODHY le mercredi 23 mar 2016 à 12:24

    encore un qui va tourner sa veste