Déchéance : Fillon qualifie Valls de «petit manoeuvrier sans envergure»

le , mis à jour à 16:10
9
Déchéance : Fillon qualifie Valls de «petit manoeuvrier sans envergure»
Déchéance : Fillon qualifie Valls de «petit manoeuvrier sans envergure»

François Fillon n'a pas voulu laisser passer ça. Jeudi, Manuel Valls s'en est pris à la droite sénatoriale estimant qu'à cause d'elle, Salah Abdeslam ne pourrait être déchu de sa nationalité. «Les propos du Premier ministre sont indignes car ils sont faux», s'est agacé François Fillon sur RTL vendredi, deux jours après l'abandon de la révision constitutionnelle. 

L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a rappelé que, dans son discours du 16 novembre, François Hollande avait lui-même parlé d'une déchéance de nationalité pour les binationaux (Salah Abdeslam n'a que la nationalité française). «Le texte voté ensuite par l'Assemblée nationale concernait bien tous les Français. Mais Manuel Valls est un petit manoeuvrier sans envergure», a ajouté François Fillon.

Ce à quoi Manuel Valls, en déplacement en région Centre-Val de Loire a rétorqué quelques heures plus tard : «Je ne veux pas que le débat politique s'abaisse à ce point-là, voilà». «Que François Fillon soit en perdition dans le cadre de la préparation des primaires de l'opposition, c'est son problème. Cela ne l'autorise pas à se mettre à ce niveau-là.» Le Premier ministre a enfoncé le clou : «Je compatis à la souffrance qui a pu être la sienne pendant cinq ans. Ce n'est pas mon cas, je travaille en grande confiance et considération avec le président de la République». Manuel Valls a également fustigé les «petites phrases qui font le buzz».

Plus tôt, François Fillon avait souligné que le Premier ministre avait expliqué vouloir faire ratifier par la France les conventions internationales interdisant de faire des apatrides. «Donc, le gouvernement fait voter une révision qui permet la déchéance pour tous les Français, mais en même temps, fait en sorte que les Français qui ne sont pas binationaux ne puissent être déchus de leur nationalité», a-t-il poursuivi. «C'est comme cela qu'on décourage et dégoûte les Français de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frenchto il y a 8 mois

    quand j'entends parler Fillon, je suis vraiment conquis par la synthèse de ce qu'il faut faire. Mais quand je regarder l'histoire récente, je suis convaincu qu'il ne le fera jamais. C'est dommage

  • M4958114 il y a 8 mois

    ils prennent les gens pour des c/o/n/s l'ancien gouvernement 620 milliards de déficit 27% du pib !!!

  • M4189758 il y a 8 mois

    JPi Je croyais qu'il avait dit, le 'Fillons droit' " Je suis à la tête d'un pays en faillite". Et remis à sa place par Sarko il l'a aidé à creuser un trou de 600.000.000.000 d'euros sup en 5 ans.Pour améliorer la faillite ou pour rester à son poste ?

  • OUIDES il y a 8 mois

    De la cabane de jardin aux veuves ..... et il parle de manoeuvres !!!!

  • OUIDES il y a 8 mois

    Deuxieme cadeau du pere Fillon aux français " la demi-part fiscale des veuves" .La majorité socialiste a donc reçu ce nouveau cadeau empoisonné, « demi-part fiscale des veuves », là encore une réforme votée avant 2012, mais dont l’application s’est faite ensuite.

  • OUIDES il y a 8 mois

    Fillon marquera son passage de premier ministre par la création de la taxe sur les cabanes de jardin , qui fut créée en 2010 dans un projet de loi de finances rectificative( gouvernement Fillon) et votée par la majorité UMP d’alors,ça c'est du grand art pour la France !!!!

  • 2010jpge il y a 8 mois

    Rien d'autre à faire que de sortir des balivernes !!! et il veut être chef d'état !!

  • M3435004 il y a 8 mois

    "faire marche arrière sur 'TOUT' "S'agissant de Fillon, vous avez TOUT FAUX, excusez moi de vous le dire. Je vous invite à réviser sérieusement l'histoire (récente) du quinquennat Sarko et du gouvernement Fillon avant de prononcer de telles contre vérités.

  • M4189758 il y a 8 mois

    JPi - Mais quelle similitude entre Mrs "le petit Vals" et le "Fillons droit" : tous deux auraient du 'DEMISSIONNER' en voyant leurs présidents faire marche arrière sur 'TOUT'