Déchéance de nationalité : on n'y comprend plus rien !

le , mis à jour à 10:02
7
Déchéance de nationalité : on n'y comprend plus rien !
Déchéance de nationalité : on n'y comprend plus rien !

« François Hollande a voulu faire un coup politique, la porte est en train de se refermer sur ses doigts », ricane un fidèle de Nicolas Sarkozy. Pas faux, tant la révision de la Constitution, fragilisée par l'épuisant feuilleton sur la déchéance de nationalité pour les terroristes, vire au « gloubi-boulga », selon le mot d'un élu de droite.

Et si cette réforme faisait pschitt ? Hier, à trois jours de l'ouverture du débat à l'Assemblée, elle semblait bien mal engagée. Le président, qui comptait sans le dire sur le soutien de la droite pour arracher les trois cinquièmes des voix nécessaires au Congrès, a des raisons de s'inquiéter. Chez les députés LR, le non gagne du terrain face à un texte de plus en plus obscur, qui vire à la querelle d'experts. « Je ne parierais pas ma paie que ça va passer ! » rigole le camp Sarkozy.

L'onction de la droite semblait pourtant acquise, l'ancien président ayant lui-même appelé à soutenir le texte, soucieux de ne pas se mettre l'opinion à dos. « Vous imaginez si on vote contre et qu'il y a de nouveaux attentats ? » relève un proche. Début janvier, lors d'une réunion du bureau politique LR, la messe semblait dite : 51 membres avaient voté pour la réforme, et seulement 5 contre. « Le parti s'est prononcé sans prendre notre avis ! Nous, au groupe, on est beaucoup plus nombreux et indépendants ! » gronde un député LR, loin d'être isolé. « Il y a un tiers du groupe pour, un tiers contre et le dernier tiers qui attend pour voir », calcule un autre.

Hier, la réunion des députés LR a tourné au vinaigre, avec François Fillon en figure de proue des « anti ». Or l'ex-Premier ministre pèse lourd au sein du groupe, où il compte de nombreux soutiens. D'autres candidats — déclarés ou non — à la primaire ont embrayé, comme Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire, qui « se refuse à cautionner ce bricolage institutionnel ». Depuis Alger, Alain ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 10 mois

    On s'occupe de médiatiser que des niaiseries sans intérêt (mariage homo, déchéance de nationalité.....toute la gamme de fumisteries y passe), pour les problèmes sérieux, faudra attendre la droite......Voilà le constat du socialisme actuel.

  • M1765517 il y a 10 mois

    c'est la " synthèse du ratage" occuper par le bla bla, énerver grace au roquet de service tout le monde, et surtout pourvu que cela dure encore quelques mensualités et droits divers ! Il faut d'urgence une pétition de grève fiscale !

  • s.thual il y a 10 mois

    Et le chômage, ,,,c est devenu la dernière préoccupation. ...

  • frk987 il y a 10 mois

    Bilan socialo : le mariage homo, maigre résultat en 4 ans.....

  • M2266292 il y a 10 mois

    l'incompétence complète de hollande au sommet de son art

  • sarestal il y a 10 mois

    Par contre, une nation en déchéance, on comprend désormais ce que cela veut dire.

  • M5755620 il y a 10 mois

    mariage homo ; hausse de la fiscalité et du chaumage ( comme en 1981 )