Déchéance de nationalité : le vote du Sénat ne fait pas fléchir Valls

le , mis à jour le
9

Manuel Valls ne compte pas changer son fusil d'épaule. Malgré le vote sur la révision constitutionnelle du Sénat (par 176 voix contre 161 et 11 abstentions) et la réécriture de l'article sur la déchéance de nationalité ce mardi, le Premier ministre a affirmé vouloir continuer à «avancer et discuter», évoquant des «initiatives» du président Hollande. Ce résultat au palais du Luxembourg est une menace pour l'adoption de l'article 2 de la révision par le Congrès, où une majorité des 3/5es de votes exprimés est nécessaire.

«Ce n'est pas uniquement un débat entre le gouvernement et le Sénat, ce n'est pas un débat entre la gauche et la droite. C'est un débat aussi entre le Sénat et l'Assemblée nationale», a-t-il souligné lors de la séance des questions au gouvernement. Le Palais-Bourbon avait lui adopté ce projet de loi le 10 février, avec 317 voix pour, 199 contre et 51 abstentions.

«Donc le gouvernement, avec les présidents des Assemblées, bien sûr avec le président de la République, prendra des initiatives, à condition de savoir où on va. C'est la question que je posais pour trouver le chemin du rassemblement», a lancé le locataire de Matignon. «Et je ne le dis pas comme une menace mais comme une exigence : les Français ne comprendraient pas que l'Assemblée nationale et le Sénat, que la majorité et l'opposition, ne puissent pas se mettre d'accord», a plaidé le Premier ministre.

Larcher reçu à l'Elysée mercredi

La suite devrait se dessiner mercredi lors d'un rendez-vous à l'Elysée mercredi, entre le président, le Premier ministre et les deux présidents des chambres, Claude Bartolone (Assemblée) et Gérard Larcher (Sénat). Pour l'instant, François Hollande a proposé au président du Sénat de le recevoir.

Gérard Larcher avait demandé juste après le vote au Sénat à «rencontrer le président de la République» sur ce sujet. «Je lui demanderai de prendre la seule solution que le pays ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 9 mois

    Tout le monde s'en moque ! Déchoir de sa nationalité quelqu'un de mort (et qui nous méprise), dites-moi à quoi çà rime ?!

  • janaliz il y a 9 mois

    Un débat qui a l'air de particulièrement intéressé la mère Cosse... Il est vrai qu'en matière de terre brûlée, elle sa collègue ont fait ce qu'il fallait pour anéantir l'immobilier...

  • miez1804 il y a 9 mois

    @M9821264: elle doit avoir la digestion difficile, la soupe est trop bonne, et la ration trop important!!

  • M9821264 il y a 9 mois

    Meme Mme Cosse s'en fiche , elle dors

  • JOG58 il y a 9 mois

    Il faut arrêter de finasser et si l'on veut lutter efficacement contre le terrorisme ce n'est pas la déchéance de nationalité qui permettra d'obtenir des résultats. Les politiques amusent la galerie et se ridiculisent le PS en tête...

  • M6111389 il y a 9 mois

    Au lieu de parler de déradicaliser .... il faut DERATISER

  • M940878 il y a 9 mois

    cette loi de servira à rien , les kamikazes s'en fichent d'un passeport français

  • M8252219 il y a 9 mois

    Les symboles ont s'en f...Il faut être ferme et prendre des décisions même désagréables pour les âmes sensibles , telle les associations pour les droits de l'homme qui ne voit que des droits et jamais de responsabilités ni de devoirs , si nous ne voulons pas que nos démocraties se réduisent à des camps retranchés.

  • M2266292 il y a 9 mois

    Actuellement il y a des choses plus urgentes à traiter. renforcement des contrôles, lutter contre le terrorisme avec plus de fermeté, de courage et de détermination. Le blabla à mettre à la poubelle