Déchéance de nationalité : «La parole dernière est celle du président», assure Taubira

le , mis à jour à 18:32
1
Déchéance de nationalité : «La parole dernière est celle du président», assure Taubira
Déchéance de nationalité : «La parole dernière est celle du président», assure Taubira

Christiane Taubira, qui avait annoncé à tort l'abandon de «l'extension de la déchéance de la nationalité» dans le projet de révision constitutionnelle, a expliqué mercredi que «la parole dernière sur ce sujet était celle du président».

«La parole première est celle du président de la République. Elle a été prononcée au Congrès à Versailles. La parole dernière est celle du président de la République, elle a été prononcée ce matin en Conseil des ministres et c'est le point final», a expliqué la garde des Sceaux lors d'un point presse aux côtés notamment de Manuel Valls, à l'issue du Conseil des ministres.

Le Premier ministre a assuré pour sa part que le texte sur la réforme constitutionnelle, qui retient finalement la déchéance de nationalité pour tous les binationaux condamnés définitivement pour terrorisme, serait défendu par Christiane Taubira et lui-même «ensemble» devant le Parlement.

«C'est son rôle au sein du gouvernement comme Garde des Sceaux et nous défendrons ensemble ce texte devant le Parlement», a-t-il dit. «Chacun, chacun, chacun, a droit à ses doutes, à ses interrogations, à ses questionnements et à ses analyses. Heureusement, nous sommes dans une démocratie», a-t-il martelé. La garde des Sceaux avait auparavant répondu à la question d'une journaliste sur son maintien au gouvernement après sa «fausse» annonce.

VIDEO. Taubira s'exprime à Alger sur la déchéance de la nationalité

«Ce qui est important dans la situation actuelle, ce n'est pas ma présence ou non au gouvernement, c'est la capacité pour le président de la République et le gouvernement de faire face au danger auquel nous sommes confrontés et d'apporter les réponses les plus efficaces», a-t-elle déclaré en ironisant sur ces journalistes qui depuis trois ans s'interrogent sur son départ du gouvernement.

Sur l'extension de la déchéance de la nationalité aux binationaux né en France, la ministre a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • NYORKER il y a 12 mois

    Avec son mari , ancien terroriste en Guyane Française , elle se taubiradicalise . elle a essayé de passer en douce , par derrière , sa grande habitude pour enfumer son entourage ! mais le toréador et mentor du libidineux veille au grain ...