Décès du saxophoniste Ornette Coleman, pionnier du free jazz

le , mis à jour à 22:04
0

par Bill Trott

NEW YORK (Reuters) - L'Américain Ornette Coleman, le saxophoniste autodidacte qui avait choqué le monde du jazz avec son "free jazz" pionnier avant d'être considéré comme un génial précurseur est mort jeudi matin à New York à l'âge de 85 ans.

Son agent Ken Weinstein a confirmé le décès mais dit qu'il ne publierait pas d'autre information. Selon la presse américaine, le musicien est mort d'un arrêt cardiaque.

En prélude à ses concerts, Ornette Coleman avait pour habitude de lancer : "J'aimerais sortir dans l'espace ce soir" avant de se lancer dans des mélodies rompant avec les codes habituels du jazz, faisant la part belle à l'improvisation.

Ce nouveau mouvement a pu apparaître à certains si déroutant qu'au départ, certains musiciens n'hésitaient pas à quitter la scène durant les solos de Coleman. Ses fans le considéraient au contraire comme le plus grand innovateur du jazz depuis Louis Armstrong et Charlie Parker.

Et de nombreux sceptiques qui le trouvaient fruste et complaisant ont fini par revoir leur jugement avec les années.

Ornette Coleman, qui a souvent travaillé avec le trompettiste Don Cherry, a enregistré plus de 40 albums. Il a notamment développé le concept d'"harmolodie" où les musiciens jouent simultanément la même mélodie à des hauteurs et des tonalités différentes.

"Etre payé ne m'intéressait pas tant que ça. Je voulais être entendu", racontait Ornette Coleman dans une interview au magazine Esquire en 2009. "C'est pour ça que je suis fauché."

"DÉNUÉE DE SENS"

Né dans un quartier noir de Fort Worth, au Texas, Ornette Coleman a raconté qu'il avait grandi "si pauv'" qu'il ne pouvait se payer le "r" et le "e". A l'âge de 14 ans, il s'achète un saxophone alto bon marché pour reproduire les airs qu'il entend à la radio. Il commence à jouer dans les bars. A 19 ans, il part dans le Sud jouer du blues. C'est à Los Angeles qu'il commence à perfectionner son style déstructuré, libéré des contraintes.

"Je ne savais pas que j'improvisais", a raconté Coleman. "Je pensais simplement que c'était comme ça qu'on jouait de la musique (...). Je ne pensais pas à une structure particulière, à ce qu'on pouvait faire et ce qu'on ne pouvait pas faire."

En 1958, Contemporary Records avait acheté certaines de ses compositions, mais les musiciens du studio n'arrivaient pas à les jouer. Coleman a alors été engagé pour les enregistrer, ce qui lui a permis de sortir son premier album, "Something Else!".

En 1959, il joue pour la première fois à New York au Five Spot. Le compositeur Leonard Bernstein et le fondateur du Modern Jazz Quartet, John Lewis, le soutiennent.

Mais de nombreux critiques relaient les commentaires d'un journaliste qui trouve sa musique "incohérente, laide et malade, non seulement hybride mais dénuée de sens."

Cela n'empêche par le jazzman de signer chez Atlantic Records. Son album "The Shape of Jazz to Come" (1959) a été classé par le magazine Rolling Stone à la 248e place sur sa liste des 500 plus grands albums.

Mais comme les ventes n'étaient pas au rendez-vous, après "Free Jazz" (1961), Atlantic n'a pas renouvelé son contrat.

En 2007, Ornette Coleman a reçu un Grammy pour l'ensemble de sa carrière. Il a également été récompensé par le prix Pulitzer pour la musique.

(Avec Patricia Reaney; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant