Décès du romancier colombien Gabriel Garcia Marquez

le
0
Colombian author Gabriel Garcia Marquez stands outside his house on his 87th birthday in Mexico City
Colombian author Gabriel Garcia Marquez stands outside his house on his 87th birthday in Mexico City

BOGOTA (Reuters) - Le romancier colombien Gabriel Garcia Marquez, prix Nobel de littérature en 1982 et figure du "réalisme magique", est mort jeudi à l'âge de 87 ans.

Son décès, annoncé par les médias mexicains, a été confirmé par le président colombien Juan Manuel Santos.

Garcia Marquez avait été hospitalisé le 31 mars à Mexico. Il souffrait d'une infection pulmonaire doublée d'une infection urinaire et de déshydratation.

"Gabo" avait quitté l'hôpital neuf jours plus tard mais son état de santé inspirait de l'inquiétude.

Le romancier, également journaliste, s'est éteint à Mexico où il vivait.

Il laisse derrière lui une oeuvre prolifique, baroque, dominée par "Cent Ans de solitude" et "L'Amour au temps du choléra".

Ses romans se sont vendus à dizaines de millions d'exemplaires, ce qui faisaient de lui l'un des auteurs les plus connus, sinon le plus connu, d'Amérique latine.

Auteur d'essais et de nouvelles dans les années 1950 et au début des années 1960, il rencontre un succès immédiat en 1967 avec "Cent ans de solitude", qui conte la vie de sept générations d'une famille originaire du village fictif de Macondo.

L'auteur mexicain Carlos Fuentes estimait que ce roman était l'équivalent latino-américain du Don Quichotte de Cervantès.

C'est ce mélange de fantastique et de réalisme, d'un imaginaire luxuriant reflétant la vie et les confits du continent latino-américain, qu'avait récompensé l'académie des Nobel.

"Un millier d'années de solitude et de tristesse à la mort du plus grand Colombien de tous les temps", a déclaré le président Juan Manuel Santos sur son compte Twitter.

Gabriel Garcia Marquez était né le 6 mars 1927 sur la côte caraïbe de la Colombie. Elevé par ses grands-parents maternels, ami de Fidel Castro, il n'avait jamais fait mystère de ses convictions de gauche.

"La culture latino-américaine est en deuil, Gabriel Garcia Marquez est mort" écrit Granma, le journal du Parti communiste cubain, sur son site internet.

(Peter Murphy avec Anahi Rama à Mexico; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant