Décès du patient au coeur artificiel de Carmat

le
6
DÉCÈS DU PATIENT AU COEUR ARTIFICIEL DE CARMAT
DÉCÈS DU PATIENT AU COEUR ARTIFICIEL DE CARMAT

PARIS (Reuters) - L'hôpital européen Georges-Pompidou a annoncé lundi soir le décès du malade ayant bénéficié en décembre dernier de la première implantation du coeur artificiel de la société Carmat.

L'hôpital précise dans un communiqué que le malade, un homme âgé de 76 ans et souffrant d'une insuffisance cardiaque terminale, est décédé le dimanche 2 mars.

"Les causes (du décès) ne pourront être connues qu'après l'analyse approfondie des nombreuses données médicales et techniques enregistrées", ajoute l'hôpital qui avait réalisé cette première implantation le 18 décembre.

Carmat "salue le courage et le rôle pionnier de ce patient et de sa famille et le dévouement de l'équipe médicale", a déclaré une porte-parole de la société.

"Il est bien sûr prématuré de tirer des conclusions à partir d'un seul patient, que ce soit avant, ou dans le cas présent, au-delà des 30 jours de survie post-implantation", a-t-elle ajouté.

Carmat a reçu en septembre dernier le feu vert des autorités françaises pour réaliser les premières implantations de son coeur artificiel sur quatre patients en France.

Inventé par le chirurgien français Alain Carpentier, ce coeur artificiel reproduit le fonctionnement du coeur naturel. Il est destiné à des malades souffrant d'une insuffisance cardiaque à un stade terminal et dont l'espérance de vie est très courte.

Carmat a indiqué en novembre qu'il devrait avoir terminé avant la fin 2014 les essais cliniques sur l'homme, ce qui permettrait une commercialisation de ce coeur artificiel en Europe dans la foulée.

En fin d'année dernière, il était considéré qu'entre 100.000 et 120.000 malades pourraient potentiellement bénéficier de la technologie de Carmat en Amérique du Nord et en Europe, pour un marché mondial évalué à environ 16 milliards d'euros.

Le prix de ce coeur artificiel de quelque 900 grammes a été estimé par les analystes entre 140.000 et 180.000 euros alors qu'une transplantation classique coûte 250.000 euros en France et presque un million de dollars aux Etats-Unis, selon des chiffres communiqués par Carmat.

En Bourse, avant l'annonce du décès, l'action Carmat a clôturé à 95 euros (-1,81%).

(Matthieu Protard, Natalie Huet et Jean-Stéphane Brosse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le mardi 4 mar 2014 à 01:08

    La situation avec cet engin est du même tonneau que la première greffe du coeur sur Louis Washkansky par Christiaan Barnard en 1967 ... Sauf que désormais les progrès des biotechnologies vont fortement s'accélérer dans les prochaines décennies ... :)

  • LeRaleur le lundi 3 mar 2014 à 22:57

    C'est toujours une avancée pour le futur et un essai in vivo. Les prochains pourront remercier cette personne. C'est comme donner son corps pour la science. Le futur est prometteur.

  • gglafont le lundi 3 mar 2014 à 22:49

    Il est décédé en arrivant au 3ème étage de la tour eiffel par les escaliers après avoir fait un marathon.

  • frk987 le lundi 3 mar 2014 à 22:38

    Ah 2445joye : que d'erreurs : pas de bon de garantie pour les bébés, pièces détachées toujours en rupture de stock, montage difficile....aucun plan détaillé, fonctionnement obscur du corps humain......une boutique travaillerait ainsi qu'elle ferait faillite. Mais la nature s'en fout, les décès...c'est compensé par les naissances, donc tout va bien.

  • phenix28 le lundi 3 mar 2014 à 21:59

    c'est sur que demain ça va être la crise cardiaque a l'ouverture

  • 2445joye le lundi 3 mar 2014 à 21:32

    Erreur irrémediable de conception du Bon Dieu. Il aurait du prévoir une redondance de la fonction cardiaque.