Décès du juriste Guy Carcassonne : l'hommage de la classe politique

le
1
Décès du juriste Guy Carcassonne : l'hommage de la classe politique
Décès du juriste Guy Carcassonne : l'hommage de la classe politique

Les hommages se sont multipliés dès l'annonce de son décès. Grand spécialiste du droit constitutionnel, l'universitaire Guy Carcassonne est mort dans la nuit de dimanche à lundi à Saint-Petersbourg (Russie), où il voyageait en famille. Ce proche de Michel Rocard, dont il fut un collaborateur au ministère de l'Agriculture (1983-1985), puis à Matignon, comme conseiller des relations avec le Parlement, a succombé à une hémorragie cérébrale à l'âge de 62 ans.

Les hommages à cet «immense juriste» se sont multipliés ce lundi. Le chef de l'État a salué l'«un de nos plus grands constitutionnalistes et un pédagogue hors pair» et adressé ses condoléances à sa famille et à ses proches.

«L'un de nos plus grands constitutionnalistes», selon Bartolone

«Son engagement dans le débat public, sa franchise et sa rigueur intellectuelle manqueront dans le débat à venir sur la révision de la constitution et la rénovation de notre démocratie», a également déploré le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, confiant sa «très grande émotion et une profonde tristesse».

Harlem Désir a lui aussi fait part de sa «grande tristesse», saluant «l'un des plus grands connaisseurs du droit public français, de nos textes fondamentaux et de nos institutions». «Dans l'ensemble de ses fonctions, auprès de Michel Rocard comme au sein du monde universitaire, il aura montré une rigueur intellectuelle exemplaire et un grand sens de l'Etat, conjugué à une volonté réformatrice», a encore écrit le premier secrétaire du PS.

Aux yeux de Claude Bartolone, «il était l'un de nos plus grands constitutionnalistes». Dans un communiqué, le président socialiste de l'Assemblée nationale a souligné que, «dans la lignée du doyen Vedel, amoureux du droit et passionné par la politique, il fut de tous nos débats institutionnels», rappelant qu'il «avait le talent de rendre le droit constitutionnel vivant».

Taubira salue «un...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 27 mai 2013 à 16:49

    Harlem Désir a lui aussi fait part de sa «grande tristesse», saluant «l'un des plus grands connaisseurs du droit public français, de nos textes fondamentaux et de nos institutions». «Dans l'ensemble de ses fonctions, auprès de Michel Rocard comme au sein du monde universitaire, il aura montré une rigueur intellectuelle exemplaire et un grand sens de l'Etat, conjugué à une volonté réformatrice» ?...TOUT LE CONTRAIRE DE TOI...BASKETTEUR DE MES DEUX !...