Décès du coach du Munster : le Racing encore sous le choc

le , mis à jour à 08:42
0
Décès du coach du Munster : le Racing encore sous le choc
Décès du coach du Munster : le Racing encore sous le choc

Une minute d'applaudissements, puis des chants poignants : devant l'entrée du stade Yves-du-Manoir à Colombes (Hauts-de-Seine), les supporteurs irlandais du Munster ont rendu un vibrant hommage, hier, à Anthony Foley, 42 ans, l'entraîneur de leur équipe, décédé dans la nuit de samedi à dimanche. A cet instant, les joueurs du Racing avaient déjà regagné leur domicile après l'annulation de ce qui aurait dû être leur premier rendez-vous européen de la saison. « C'est dur... » avait soufflé Juan Imhoff, l'ailier ciel et blanc, en rejoignant son véhicule sur le parking du stade. « Ça fait bizarre », ajoutait le demi d'ouverture Rémi Talès, costume à la main.

 

Les Franciliens avaient appris la bouleversante nouvelle vers 14 heures, au moment du briefing dans leur hôtel. Ils étaient ensuite passés à Colombes récupérer leurs affaires. Anthony Foley, 62 sélections avec l'Irlande, était la figure emblématique du Munster, qu'il avait mené en tant que capitaine au titre européen de 2006. Il s'est éteint dans la nuit, dans un hôtel de Suresnes (Hauts-de-Seine). Ronan O'Gara, ex-demi d'ouverture du XV d'Irlande et du Munster, l'avait accompagné durant toute sa carrière. Autant dire que, pour l'entraîneur adjoint du Racing, la nouvelle était terrible. « Pour lui, c'est très, très fort, confie Laurent Travers, coentraîneur des champions de France. Perdre un ami intime, ça doit être très dur. »

 

Après être venu saluer les fans du Munster devant les grilles du stade où drapeaux et écharpes des deux équipes avaient été accrochés, Jacky Lorenzetti reconnaissait qu'il était impossible de jouer hier. Le président du Racing évoquait également « une suite de moments délicats et particuliers » au sujet de la vie de son club ces derniers jours. L'épisode des traces de corticoïdes retrouvées dans les urines de Carter, Imhoff et Rokocoko au soir de la finale du Top 14 et qui ont conduit les trois ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant