Décès de l'écrivain américain Ray Bradbury à l'âge de 91 ans

le
0
Décès de l'écrivain américain Ray Bradbury à l'âge de 91 ans
Décès de l'écrivain américain Ray Bradbury à l'âge de 91 ans

NEW YORK (Reuters) - L'écrivain américain de science-fiction et d'anticipation Ray Bradbury, rendu célèbre par ses "Chroniques martiennes", est décédé mardi à l'âge de 91 ans, a annoncé mercredi son éditeur, HarperCollins.

Ray Bradbury a publié plus de 500 oeuvres - romans, nouvelles... - dont "Fahrenheit 451", classique de l'anticipation paru en 1953 et qui fut porté à l'écran treize ans plus tard par François Truffaut.

"M. Bradbury est mort paisiblement, hier soir à Los Angeles, des suites d'une longue maladie", a déclaré un porte-parole de la maison d'édition.

On lui doit également des recueils de nouvelles comme "L'Homme illustré" et des romans comme "La Folie des ténèbres", "La Solitude est un cercueil de verre".

En tant qu'auteur de science-fiction, Bradbury disait qu'il ne cherchait pas à prédire l'avenir mais plutôt, parfois, à le conjurer - comme dans "Fahrenheit 451", récit d'une société totalitaire, anti-intellectuelle où tous les livres sont brûlés par des "pompiers". Le titre évoque la température à laquelle le papier prend feu.

Ce roman, que Ray Bradbury a rédigé avec une machine à écrire louée à l'université de Los Angeles, décrit un monde qui pourrait sembler familier à un lecteur du XXIe siècle - gadgets technologiques, énormes télévisions interactives, publicité omniprésente et règne du politiquement correct.

"Dans la science-fiction, on rêve", avait dit Bradbury au New York Times. "Dans le but de coloniser l'espace, de remodeler nos villes (...), de résoudre tout un nombre de problèmes, nous devons imaginer l'avenir, y compris les nouvelles technologies dont nous avons besoin."

"Mais la science-fiction, c'est aussi un bon moyen de prétendre écrire sur le futur alors qu'en réalité on attaque le passé récent et le présent."

"INTERNET, UNE ARNAQUE"

Malgré son étiquette "futuriste", Ray Bradbury n'en était pas pour autant un fanatique des nouvelles technologies. Pour lui, internet n'était qu'une arnaque mise en place par les compagnies informatiques et les jeux vidéo "une pure perte de temps réservée à des gens qui n'ont rien d'autre à faire".

Il n'avait jamais appris à conduire, après avoir été le témoin d'un accident de la route où plusieurs personnes avaient péri. De même, ce n'est qu'à un âge avancé qu'il avait accepté de prendre l'avion.

Ray Bradbury, né à Waukegan, dans l'Illinois, avait suivi ses parents à Los Angeles alors qu'il était adolescent. Sur ses patins à roulettes, il dévalait les rues d'Hollywood à la recherche de célébrités à qui il demandait des autographes.

Il a raconté qu'il avait été fortement influencé par l'oeuvre de science-fiction d'Edgar Rice Burroughs, le créateur de "Tarzan".

Il ne fréquenta pas l'université mais se forgea une solide culture générale par la lecture et commença à écrire des articles pour des magazines à sensation.

En 1950, il publia les "Chroniques martiennes", l'histoire de colons terriens sur la planète Mars, un ouvrage salué par l'influent critique littéraire Christopher Isherwood, à qui Bradbury attribuait le lancement de sa carrière.

En 2004, le président George W. Bush décora le romancier, qui avait été victime d'une attaque cérébrale en 1999, de la National Medal of Arts.

Avec son épouse Maggie, décédée en 2003, Ray Bradbury a eu quatre enfants.

Christine Kearney et Daniel Trotta, Eric Faye et Guy Kerivel pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant