Décès de Jean Germain : ces politiques qui se sont donné la mort

le
5
Décès de Jean Germain : ces politiques qui se sont donné la mort
Décès de Jean Germain : ces politiques qui se sont donné la mort

Soupçonné de malversations dans «l'affaire des mariages chinois», Jean Germain, l'ex-maire PS de Tours, a été retrouvé mort à son domicile, au premier jour de son procès. D'après le procureur de la République, il s'agit bien d'un suicide. Il avait laissé «une lettre d'adieu», selon son avocat, qui a évoqué, avant l'audience, la figure de Roger Salengro, l'une des autres personnalités politiques française à s'être données la mort.

Ministre de l'Intérieur du Front populaire, Salengro a mis fin à ses jours en 1936, à la suite d'une violente campagne orchestrée par la presse d'extrême droite. Alors qu'il défend la loi sur la dissolution des ligues, des journaux comme  l'Action française de Charles Maurras, ou Gringoire, l'accusent, sans preuve, d'avoir déserté les rangs de l'armée française en octobre 1915 durant la Grande Guerre et d'avoir été condamné à mort mais gracié, profitant de ses appuis politiques. En réalité agent de liaison durant le conflit, il avait été fait prisonnier.

«Il n'y a pas d'antidote contre le poison de la calomnie»

L'affaire devient au fil des mois une affaire d'Etat, au point qu'une commission spéciale est nommée par Léon Blum, alors président du Conseil. A l'automne, un vote est organisé à la Chambre, la majorité des députés le soutiennent. Salengro est  lavé de tout soupçon, mais le mal est fait. Usé par la calomnie, dévasté par la mort de sa femme 18 mois plus tôt, il met fin à ses jours chez lui, à Lille. «Il n'y a pas d'antidote contre le poison de la calomnie. Une fois versé, il continue d'agir quoiqu'on fasse dans le cerveau des indifférents, des hommes de la rue comme dans le c½ur de la victime», déclare Léon Blum dans son discours à l'occasion de ses funérailles. 

Sous la IIIe République, une autre personnalité de premier plan s'est donnée la mort : Georges Boulanger. Militaire très populaire dans les années 1880, il se lance en politique. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le mardi 7 avr 2015 à 22:57

    Si il était si innocent que cela, pourquoi s'est-il suicidé ? Je n'ai pas entendu de campagne de presse, de radio, ou de dénonciation, les journalistes sont bien trop prudents. Juste une mise en examen.

  • LeRaleur le mardi 7 avr 2015 à 17:50

    Un peu comme Beregovoy, non ?

  • mucius le mardi 7 avr 2015 à 17:15

    Probablement à 2 doigts d'être mis en examen avec preuves irréfutables à l'appui. Cette fripouille risquait le déshonneur, mon Dieu mon Dieu!

  • 66michel le mardi 7 avr 2015 à 15:40

    Béré... je me souviens, c'est celui qui s'est tiré deux balles dans le dos!

  • LeRaleur le mardi 7 avr 2015 à 14:29

    Manque Guérini.