Décès de deux figures de la Seconde Guerre mondiale

le
0
Décès de deux figures de la Seconde Guerre mondiale
Décès de deux figures de la Seconde Guerre mondiale

A l'avant-veille des 70 ans de la libération de Paris, deux figures de la Seconde Guerre mondiale se sont éteintes. Jean Sauvage, ancien pilote de chasse de l'armée française et Maurice Cordier, qui fut soldat de la 2e division blindée (2e DB) sont décédés à l'âge de 98 et 93 ans.

Jean Sauvage s'illustra en temps que pilote du régiment de chasse Normandie-Niémen. Né le 8 avril 1917, celui dont le surnom était «Papa Jean» est décédé mercredi à l'âge de 98 ans. Commandant de l'armée de l'Air et du groupe Normandie-Niémen, il était, avec Gaël Taburet, l'un des deux derniers survivants de ce célèbre escadron, qui fut la première formation de chasse française de la Seconde Guerre mondiale avec 273 victoires homologuées lors de 5 240 missions et 869 combats.

Devenu par la suite commandant de bord à Air France, Jean Sauvage était chevalier de la Légion d'honneur et Croix de guerre 39/45. Il avait aussi reçu des décorations russe et américaine.

Deux artisans de la Libération

 

De son côté, Maurice Cordier, soldat de la 2e Division blindée (2e DB) devenu prêtre après la guerre, est mort le même jour, mercredi, à l'âge de 93 ans. Le président de la République François Hollande à tenu à «rendre hommage à un grand personnage» de l'«épopée» de la libération et un homme qui «a marqué ses compagnons, la Résistance mais aussi toute l'après-guerre».

Celui qui rentra par la suite dans les ordres présidait l'Association des «évadés de France», ces résistants qui ont rallié les forces combattantes de la France libre par l'Espagne, en franchissant les Pyrénées. C'est en empruntant cet itinéraire qu'il réussit à rejoindre les rangs de la 2e DB du général Leclerc, qui participa à la libération de Paris le 25 août 1944.

Il avait ensuite retrouvé le séminaire, où il était entré juste avant la Seconde Guerre mondiale. «Le 8 mai 1945, j'étais au nid d'aigle d'Hitler, à Berchtesgaden... ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant