Décès, à 89 ans, de Georges Séguy, l'ancien patron de la CGT

le , mis à jour à 16:43
1
Décès, à 89 ans, de Georges Séguy, l'ancien patron de la CGT
Décès, à 89 ans, de Georges Séguy, l'ancien patron de la CGT

Georges Séguy, qui a dirigé la CGT de 1967 à 1982, est décédé samedi à l'âge de 89 ans à l'hôpital de Montargis (Loiret), a-t-on appris dimanche auprès de l'Institut d'histoire sociale (IHS) de la CGT, dont il était président d'honneur.

 

L'ancien leader cégétiste est décédé samedi «en début d'après-midi» des suites d'une «maladie», a déclaré Elyane Bressol, présidente de l'IHS. Il «était hospitalisé depuis quelques jours à l'hôpital de Montargis, dans le Loiret», a-t-elle précisé. La CGT souhaite qu'un «hommage national lui soit rendu en septembre à Montreuil», a indiqué à l'AFP Gisèle Vidallet, membre de la direction cégétiste.

 

Les hommages à cette figure du paysage syndical des années 1970 se sont multipliés à l'annonce de sa mort, venant des différents horizons politiques, du patron du Parti communiste, Pierre Laurent, au sénateur LR Roger Karoutchi, en passant par la ministre du Travail Myriam El-Khomri et le Premier ministre Manuel Valls. 

 

François Hollande a rendu hommage à «un homme sincère et passionnément attaché à la justice sociale», qui «durant toute sa vie, incarna un syndicalisme offensif, prêt à engager des luttes mais aussi à négocier de bons compromis». Sur Twitter, le Premier ministre Manuel Valls a, lui, salué «une grande figure du syndicalisme et des luttes sociales dans notre pays», tandis que Myriam El Khomri, ministre du Travail, a fait part de sa «grande émotion».

 

L'engagement de Georges Séguy à la fois à la CGT et au PCF était «une nécessité pour marcher sur ses deux jambes : défendre les droits des travailleurs et changer la société», souligne notamment Pierre Laurent, le secrétaire national du PC. Il rappelle les nombreux combats de l'ancien responsable syndical, «pour le droit des salariés (y compris dernièrement contre la loi El Khomri)», pour le désarmement nucléaire, l'égalité homme-femme, «pour une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lecanon il y a 11 mois

    c'est vrai une grande figure du syndicalisme qui acree et entretenu la lutte des classes qui fait que la france a l'heure actuelle est anachronique et en perte de vitesse economique