Décentralisation - Alain Lambert : "Cessons de vouloir tout régir de Paris"

le
0
Alain Lambert, ex-ministre UMP du Budget.
Alain Lambert, ex-ministre UMP du Budget.

Le Point.fr : Avec 36 700 communes en France contre 11 220 en Allemagne, sommes-nous tombés sur la tête ?Alain Lambert : Le vrai sujet est celui des petites communes, puisque 25 % d'entre elles ont moins de 200 habitants, plus de 50 % moins de 500 habitants et 75 % moins de 1 000 habitants. Mais la vérité oblige à dire que leurs dépenses sont assez faibles, de sorte que les supprimer n'aurait pas un impact financier important. Je suis partisan de leur proposer d'opter, dans le délai d'un an, pour un regroupement dans une "commune nouvelle" au sens de la nouvelle loi. Elles pourraient faire un choix libre. À l'expiration du délai, les préfets pourraient procéder à un regroupement d'office.Un maire croule sous les normes les plus folles en France. Quelle simplification préconisez-vous ?Cette situation m'indigne. J'y travaille depuis cinq ans et je ne sens pas nos administrations centrales conscientes d'être la cause d'un dysfonctionnement grave et ruineux de la France. La seule solution est une décision historique du président de la République et du Premier ministre : interdire à ces administrations d'édicter la moindre norme dont elles n'assumeraient pas, sur leur propre budget, les conséquences financières. Tout le reste a été essayé. Sans succès. Les élus ne supportent plus de devoir compter les oeufs et de disposer les chipolatas dans les assiettes des élèves. Ni de démolir des maisons dans des communes de 500...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant