Début des grèves dans les transports en France

le
1
    * 60% des TGV circulent 
    * Perturbations pour les TER et Intercités 
    * Grève jeudi à la RATP, puis dans l'aérien 
    * La loi Travail au Sénat 
 
    PARIS, 1er juin (Reuters) - Six TGV sur dix en moyenne 
circulaient mercredi en France au premier jour d'un mouvement de 
grève à la SNCF qui agrège des revendications internes à la 
contestation contre la loi Travail. 
    Quatre Transilien sur dix sont prévus, un TER sur deux et un 
Intercités sur 3. Les prévisions de la SNCF sont similaires pour 
jeudi. En Ile-de-France, le trafic était normal mercredi sur le 
RER A mais seuls un tiers des RER B, D et E et 40% des RER C 
devaient circuler. 
    Sur le réseau international, le trafic est normal pour 
Eurostar et Alleo (Allemagne), 75% des Lyria (Suisse) et Thalys 
(Belgique et Pays-Bas) circuleront; 40% des Ellipsos (Espagne) 
et un tiers des trains SVI (Italie) sont programmés. 
    Trois des quatre syndicats représentatifs de la SNCF (CGT, 
Unsa, Sud Rail) ont déposé un préavis de grève reconductible. La 
CFDT, qui se dit satisfaite des avancées obtenues lors des 
négociations avec la direction de l'entreprise et le 
gouvernement, a levé son préavis lundi. 
    D'autres perturbations sont à prévoir à partir de jeudi sur 
le réseau de la RATP, la régie des transports parisiens, et dans 
le secteur aérien. 
    Selon la direction de la RATP, le trafic sera normal dans le 
métro, les bus, les tramways et le RER A. De faibles 
perturbations sont prévues sur le RER B. 
    Les syndicats de la Direction générale de l'aviation civile 
(DGAC) menacent pour leur part d'une grève du 3 au 5 juin pour 
des revendications internes et le SNPL, premier syndicat de 
pilotes à Air France, appelle à une grève dure en juin. 
     
    LA DROITE VEUT RÉÉCRIRE LA LOI EL KHOMRI 
    Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, 
Jean-Marie Le Guen, a invité les Français, déjà affectés par des 
problèmes d'approvisionnement en carburants, à ne dédramatiser. 
    "La France n'est pas à l'arrêt. (...) Il y a aujourd'hui une 
grève où il y a 60% des TGV qui circulent, n'en rajoutons pas!", 
a-t-il dit mercredi sur Radio Classique. 
    Le Sénat est entré mercredi dans le débat sur le projet de 
loi Travail avec l'examen du texte en commission. 
    François Hollande espère que la réécriture du texte par la 
droite, majoritaire à la haute assemblée, "fera sans doute 
progresser la raison" dans les rangs des députés de gauche après 
l'inévitable "comparaison".   
    Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au 
Sénat, a confirmé sur LCI que les sénateurs de droite 
entendaient "revenir à la première version de loi El Khomri et 
aller plus loin". 
    "On va enrichir le texte, (...) mettre un contenu que le 
gouvernement avait prévu dans sa première version avant toutes 
les négociations et tous les reculs", a ajouté le sénateur LR 
Jean-Pierre Raffarin sur Europe 1. 
    "J'attends presque avec délectation les propositions que va 
faire la droite au Sénat. Nous allons voir la différence entre 
la droite et la gauche. La droite, c'est la déstructuration du 
Code du travail. Nous, nous voulons le réguler", a souligné sur 
Sud Radio Didier Guillaume, chef de file des sénateurs 
socialistes. 
    Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, s'est dit 
confiant en une sortie de crise. 
    "Je pense qu'elle n'est peut-être pas si loin que ça à 
condition que chacun refasse appel à l'intelligence collective", 
a-t-il dit sur LCI. 
 
 (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phili646 il y a 6 mois

    La modification du texte par les sénateurs va donner un avant gout de ce que sera la politique de la droite si par malheur elle revient au pouvoir en 2017. Sortez les casques lourds car va décoiffer !!!!Le FN va encore compter les points et engranger des électeurs toujours plus nombreux !!!!