Début des grandes manoeuvres de l'Otan en Méditerranée

le
0

TRAPANI, Italie, 19 octobre (Reuters) - Des manoeuvres militaires de l'Otan, les plus importantes depuis plus de dix ans, ont débuté lundi en Méditerranée centrale, au moment où la Russie tente de réaffirmer sa présence au Proche-Orient. Lors d'une cérémonie sur une base de l'Alliance à Trapani, sur la côte ouest de la Sicile, le général américain Philip Breedlove, commandant en chef des forces de l'Otan, a déclaré que ces manoeuvres "Trident Juncture" envoyaient "un message très clair à tout agresseur potentiel". "Toute tentative de violer la souveraineté d'une nation appartenant à l'Otan entraînera l'engagement militaire énergique de toutes les nations de l'Otan", a-t-il souligné. Quelque 36.000 soldats, 230 unités, 140 avions et 60 navires seront mobilisés pendant cinq semaines afin de démontrer que les Alliés sont en mesure d'intervenir dans ce que le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, a décrit comme "un monde plus sombre et plus dangereux". La Russie, qui a mené d'importantes manoeuvres impliquant plus de 45.000 soldats cette année et a procédé à des exercices en Méditerranée avant de s'engager en Syrie, a été conviée comme observatrice. "Nous sommes très préoccupés par le renforcement militaire russe", a déclaré lundi aux journalistes le secrétaire général adjoint de l'Otan, l'Américain Alexander Vershbow. "La concentration de forces qui se poursuit à Kaliningrad (sur la Baltique), dans la mer Noire et maintenant en Méditerranée orientale nous pose de nouveaux défis", a-t-il ajouté. "Nous devons tenir compte du fait que la Russie, en raison de cette présence accrue, pourra être en mesure de gêner notre liberté de manoeuvre et notre liberté de navigation", a ajouté un haut responsable de l'Alliance qui a requis l'anonymat. Ainsi, la péninsule de Crimée, annexée par la Russie en mars 2014 après avoir été ukrainienne pendant soixante ans, "est devenue une véritable forteresse", a-t-il poursuivi. Les manoeuvres "Trident Juncture", qui étaient prévues depuis deux ans, vont permettre notamment d'expérimenter la nouvelle force interarmes "fer de lance" de 5.000 hommes, intégrée dans la force de réaction rapide qui compte 40.000 hommes. La création de cette force "fer de lance", susceptible d'être déployée en moins d'une semaine, a été décidée lors du sommet de Newport (Pays de Galles) en septembre 2014. Lors de "Trident Juncture", il s'agira de vérifier les capacités de cette force disposant d'unités aériennes et maritimes et de forces spéciales afin qu'elle soit totalement opérationnelle l'an prochain. (Robin Emmott; Pierre Sérisier et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant