Début avril, l'appétit pour le risque fait de la résistance

le
0
(NEWSManagers.com) - Malgré les inquiétudes macro-économiques, les investisseurs ont retrouvé un certain appétit pour le risque, selon la dernière enquête BofA Merrrill Lynch réalisée entre les 1er et 7 avril auprès d'un échantillon de 282 participants représentant un encours d'actifs sous gestion de 757 milliards de dollars.

Persuadés que les taux vont demeurer à des niveaux bas, les investisseurs ont réduit leur poche de liquidités et accru parallèlement leur allocation actions, tout particulièrement sur les marchés émergents. Les investisseurs surpondérés en cash ne sont plus que 11% en net contre 18% un mois plus tôt. On dénombre 50% en net des allocataires surpondérés en actions, contre 45% un mois plus tôt.
L'intérêt pour les marchés émergents est revenu sur le devant de la scène, avec 22% des investisseurs surpondérés sur les actions émergentes contre un zéro pointé le mois précédent. Même tendance pour les matières premières avec 24% de l'échantillon surpondéré contre seulement 3% en mars.
L'optimisme sur les marchés émergents est notamment lié aux bonnes perspectives de croissance des bénéfices sans que ce sentiment soit assombri par les inquiétudes sur le Chine. On observe que 22% du panel indique que les marchés émergents sont la région du monde qui a leur préférence pour une allocation surpondérée dans les prochains mois. Parallèlement, les investisseurs européens, pourtant peu optimistes sur les perspectives macro-économiques de la zone, ont réduit leur poche de cash à 3,3% en moyenne contre 3,7% précédemment.
Les inquiétudes sur l'évolution de l'économie mondiale sont malgré tout plus présentes que jamais. La proportion des participants au sondage prévoyant un renforcement de la croissance de l'économie mondiale est ainsi tombée à 27% contre 58% en février. Parallèlement, seulement 19% des gérants interrogés s'attend à une amélioration des bénéfices des entreprises contre 32% en mars.
Quatre semaines après les catastrophes naturelles qui ont dévasté le nord-est du Japon, les investisseurs tant nationaux qu'internationaux ont revu leur exposition sur le pays à la baisse. Les investisseurs internationaux sont désormais sous-pondérés sur le Japon à hauteur de 18% alors qu'ils étaient surpondérés en mars à hauteur de 8%.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant