Débrayage pour les salaires chez PSA Mulhouse

le
0
DÉBRAYAGE POUR LES SALAIRES CHEZ PSA À MULHOUSE
DÉBRAYAGE POUR LES SALAIRES CHEZ PSA À MULHOUSE

STRASBOURG (Reuters) - Un débrayage d'une à deux heures des équipes du matin et de l'après-midi a perturbé la production de l'usine du constructeur PSA à Mulhouse (Haut-Rhin), mercredi, à l'appel des syndicats CFDT, CGT et CFTC, a-t-on appris auprès des syndicats et de la direction.

Ce mouvement de grogne entendait mettre en garde la direction du groupe automobile qui a proposé jeudi dernier un gel des augmentations générales de salaires, des hausses limitées en 2015 et 2016 et la suppression de certains avantages sociaux dans le cadre de l'accord de compétitivité en cours de négociation.

Il avait lieu le jour même où se tenait une nouvelle réunion sur le sujet à Paris.

"Les propositions de la direction faites lors de la réunion du 5 septembre, se traduiraient par une perte importante de rémunération et une dégradation des conditions de travail. Elles ont été vécues par les salariés comme une provocation", a déclaré la CFDT dans un communiqué.

Les syndicats ont fait état de 500 grévistes sur les deux lignes de montage le matin et de 350 l'après-midi.

La direction de l'usine alsacienne chiffrait de son côté le nombre de grévistes à 400 le matin, moitié moins l'après-midi.

"Nous avons perdu 120 voitures, pour moitié des 2008 (un véhicule qui monte actuellement en cadence), ce qui est très dommageable pour le site", a indiqué à Reuters un représentant de la direction.

Le débrayage de ce mercredi ne concernait que Mulhouse, une usine réputée plutôt calme.

Gilbert Reilhac, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant