Débordements au rassemblement anti-mariage gay

le
24
RASSEMBLEMENT ANTI-MARIAGE GAY À PARIS
RASSEMBLEMENT ANTI-MARIAGE GAY À PARIS

par Emmanuel Jarry et Clotaire Achi

PARIS (Reuters) - Des centaines de milliers d'opposants au mariage gay et à l'adoption par les couples homosexuels se sont rassemblés dimanche à Paris contre le projet de loi sur le "mariage pour tous" en voie d'adoption par le Parlement.

Ils étaient 300.000, estime la préfecture de police, tandis que les organisateurs revendiquent 1,4 million de participants.

Des heurts ont éclaté entre les forces de l'ordre et des manifestants qui tentaient de franchir des barrages interdisant l'accès à l'avenue des Champs-Elysées. Responsables de droite et gouvernement ont échangé dans la soirée des accusations.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a reproché aux organisateurs de s'être laissés déborder par des "groupes extrémistes" et des militants "d'extrême droite" qui appelaient selon lui à marcher sur l'Elysée.

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, qui avait appelé les adhérents du principal parti d'opposition à participer à ce rassemblement, a pour sa part dit vouloir demander des comptes au président François Hollande.

La présidente du Parti chrétien démocrate, Christine Boutin, prise de malaise après avoir été aspergée de gaz lacrymogènes, a demandé la démission du préfet de police et de Manuel Valls.

Les manifestants, dont de nombreuses familles, des jeunes et des élus ceints de leur écharpe tricolore, avaient afflué en début d'après-midi sous une marée de drapeaux roses, blancs et bleus sur l'avenue de la Grande Armée pour demander à François Hollande de retirer le texte et de le soumettre à référendum.

"On veut du boulot, pas du mariage homo" ou "Occupe-toi d'Aulnay, pas du mariage homo", proclamaient des pancartes en faisant allusion à la fermeture de cette usine de PSA.

D'autres pancartes étaient à la gloire de la "famille PME" ("papa, maman, enfant") ou sommaient François Hollande d'entendre les opposants au "mariage pour tous", tandis que des manifestants scandaient: "François, ta loi on n'en veut pas!"

"Les Français ont besoin de travail, les Français ont besoin de logements, ils n'ont pas besoin du mariage gay", a expliqué Christine Boutin. "Je dis au président de la République: si vous n'entendez pas le peuple de France, il va se révolter."

LACRYMOGÈNES

L'avenue de la Grande Armée, qui prolonge celle des Champs-Elysées au-delà de l'Arc de Triomphe en direction de Neuilly, a vite été saturée et les manifestants ont débordé sur l'avenue Foch, puis sur la place de l'Etoile.

C'est alors que plusieurs centaines d'entre eux ont tenté de forcer le passage vers les Champs-Elysées. Les forces de l'ordre en tenue anti-émeute les ont repoussés avec des boucliers en plexiglas et des jets de gaz lacrymogènes et ont évacué manu militari certains d'entre eux.

Les forces de l'ordre "ont été contraintes de faire usage ponctuellement de gaz aérosols compte tenu du comportement très agressifs de certains manifestants", a expliqué à la presse le directeur de cabinet du préfet de police, Laurent Nunez.

Des manifestants, parfois des pères ou mères de familles, ont vigoureusement protesté contre l'usage de ces gaz. Certains ont commencé à scander "Hollande démission!"

"C'est inacceptable d'envoyer des gaz contre des enfants. Est-ce qu'il est normal qu'on ait des forces de l'ordre dans la République qui tirent sur des familles et des enfants?" s'est indigné l'ancien ministre UMP Laurent Wauquiez.

"C'est juste le reflet de la violence avec laquelle le gouvernement traite ce mouvement. C'est inacceptable. Il faut que la préfecture de police soit sanctionnée", a-t-il ajouté.

Henri Guaino, ancien conseiller spécial de l'ex-président Nicolas Sarkozy, a qualifié de "honte" le fait que les autorités n'aient pas autorisé les opposants au "mariage pour tous" à manifester sur les Champs-Elysées.

Le député UMP Hervé Mariton a accusé le gouvernement d'avoir cherché à les "provoquer" et à les "pousser à l'exaspération".

Une figure du mouvement contre le "mariage pour tous", Frigide Barjot, a cependant aussi mis en cause des "casseurs", qui auraient volé des t-shirts du collectif "la manif pour tous" et des "excités", dont elle s'est désolidarisée.

Le 13 janvier, la précédente manifestation contre le "mariage pour tous" avait réuni à Paris 340.000 participants, selon la police, un million selon les organisateurs.

MOBILISATION

"Si aujourd'hui il y a autant de monde, c'est aussi parce que les gens sont en colère", a déclaré Laurent Wauquiez à BFM-TV. "Et ils sont en colère sur la façon dont le gouvernement a traité ce mouvement. Il l'a traité avec mépris."

"Un gouvernement républicain ne peut pas rester sourd à une mobilisation pareille", a renchéri Henri Guaino, qui avait lancé un appel à "censurer le gouvernement dans la rue".

Le texte de loi, qui ouvre aux homosexuels la possibilité de se marier et d'adopter, a été voté le 11 février par les députés à l'issue d'un débat marathon émaillé d'incidents.

Il sera examiné en séance publique par les sénateurs à partir du jeudi 4 avril, l'objectif du gouvernement étant que la réforme soit définitivement adoptée avant les vacances d'été.

La ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, a estimé sur BFM-TV que les opposants au texte étaient dans leur droit quand ils manifestaient mais que cela n'empêcherait pas cette réforme d'être votée par le Parlement.

Frigide Barjot a cependant déclaré sur i>TELE que les opposants au texte n'entendaient pas désarmer.

"Au Sénat, la commission des lois a failli ne pas adopter cette loi à deux voix près", a-t-elle dit. "C'est toute la France qui est en train de se réveiller et donc nous allons dire au sénateur, 'c'est ton heure' et au président de la République (...) retirez-là pour la soumettre au peuple qui se lève."

Elle a demandé au chef de l'Etat de recevoir les représentants des opposants au projet de loi dès lundi.

Edité par Guy Kerivel

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 25 mar 2013 à 14:30

    •Oyez…Oyez…Braves gens !..Il parait que les" homos" et l’immigration enrichissent la France, et qu’à chaque coup de "Ké-kET-tes", de "GhO-Des" et de couteaux, ON S’ENRICHIT ?...Alors, ou est le problème ?..ENRICHISSONS-nous. La "minorité du diable" est passée en force, mais elle restera tjrs une minorité diabolique, et va déclencher malheureusement, une vague d'homophobie et racisme sans précédant...MERCI MONSIEUR LE PRESISENT FH, de 30% de français « enc-fumés »

  • M835627 le lundi 25 mar 2013 à 11:36

    Ce qui est réellement triste, c'est d'instrumentaliser des enfants dans des manifestations hétéroclites qui mêlent intégristes et neo-fascistes avec les risques que cela comporte. Si la manif n'a pas été maitrisée par ses organisateurs, les participants n'ont pas à en rejeter la faute sur les forces de l'ordre. Les manifestants cherchent manifestement la confrontation et provoquent la violence, qu'ils assument.

  • derastea le lundi 25 mar 2013 à 10:51

    En vérité, nous ne sommes plus en démocratie. Ce matin , pas d'image de cette trés grande manif, simplement quelques échafourés. Que neni sur cette foule immense. Lorsque s'était la mani des pour, la ont voyait les foules défilés (300000 personnes). Hier 1 millions bas mot et rien. La France fout le camp et se délirére un peu plus chaque jour. Socialo Fac hos, voila la réalités

  • p.bernus le lundi 25 mar 2013 à 10:42

    Ce mythe du débordement est significatif des méthodes de désinformation de ce gouvernement complètement discrédité et que la rue a maintenant envie de voir dégager

  • M935678 le lundi 25 mar 2013 à 10:34

    je vous rappelle que ce gvt veut limiter , contrôler internet????

  • M935678 le lundi 25 mar 2013 à 10:33

    j'imagine la grand mère sur la photo très très dangereuse pour la nation????

  • M935678 le lundi 25 mar 2013 à 10:31

    DÉBORDEMENT DES FORCES DE L ORDRE LA PRESSION MONTE????

  • mlaure13 le lundi 25 mar 2013 à 09:58

    Préparons les "linceuls tricolores funéraires"...tant pour le Mali, que pour les malheureux "homos" qui n'ont rien demandé, et vont subir les "foudres" d'une population exacerbée par l'entêtement criminel de ces néo roitelets !...FH a ouvert la boite de "Pandore" et il devra en rendre compte à la Nation, dans les livres de l'histoire de France, ainsi que les parlementaires « caudillos » assujettis à ce triste SIRE !!!...

  • frk987 le lundi 25 mar 2013 à 09:57

    La situation est devenue insurrectionnelle, si ces c... de socialos ne démissionnent pas en organisant des élections libres, ça se finira très très mal.

  • alainb57 le lundi 25 mar 2013 à 09:43

    M6744133 : relisez vous avant de poster. Et si vous avez honte d'être Francais , faites comme disait Nicolas SARKOZY :"la France, aimez là ou quittez là !" De tous temps (y compris quand la droite était au pouvoir) des manifs ont été interdites et des gens pacifiques ont été gazés; alors faites travailler votre mémoire au lieu de gémir et de hurler avec les loups.Soyez impartial....si c'est possible.