Déboires en série du Boeing 787: Airbus tacle son rival américain

le
12
Déboires en série du Boeing 787: Airbus tacle son rival américain
Déboires en série du Boeing 787: Airbus tacle son rival américain

A la suite d'un nouvel incident à bord d'un Boeing 787 Dreamliner jeudi, Airbus sort pour le première fois de sa réserve. «Il paraît évident que cet avion n'est pas fiable et que ses systèmes ne sont pas à maturité», a estimé John Leahy, le directeur commercial du constructeur européen interrogé par la presse. «Ce qu'ils ont, c'est une architecture qui n'est pas à maturité et qui le deviendra progressivement. Cela va prendre beaucoup de temps, beaucoup d'argent et beaucoup d'annulation de vols. Et peut-être (cela va impliquer) de repenser quelques systèmes à bord», a-t-il ajouté.

Les dirigeants d'Airbus s'étaient abstenus jusqu'à présent de souligner les difficultés de leur grand concurrent Boeing sur son programme Dreamliner, un biréacteur long courrier construit majoritairement en matériaux composites. Cet appareil est aussi doté d'innovations électriques mobilisant beaucoup plus d'énergie que son rival A350, le nouveau long courrier d'Airbus, appelé à remplacer progressivement l'A330 à partir de la fin 2014 .

Les incidents techniques se sont multipliés sur le dernier né des avions de lignes américain. Entre janvier et avril, l'ensemble des Dreamliner actuellement en service ont été cloués au sol. En cause, des problèmes de batteries, mais pas seulement : départs de feu, fuite de carburant... suffisamment d'incidents pour interdire de vol tous les appareils de ce type pour quatre mois.

La déclaration de John Leahy s'est faite en marge de la livraison du 1000e A330 européen. Airbus se renforce sur les déboires de son concurrent direct. Depuis la reprise des vols des Dreamliner américains, il y a eu le salon du Bourget en juin et c'est sans surprise que le constructeur européen a engrangé plus de commandes que son homologue américain.

Pour autant, les soucis ne se sont pas arrêtés pour Boeing. La semaine dernière, un incendie s'est déclaré sur un Dreamliner vide et à l'arrêt sur le Tarmac ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Georg47 le vendredi 19 juil 2013 à 22:27

    57912062 + M9722583 : ce que je voulais dire, sans défendre les américains, c'est que c'est inutile de critiquer ses concrurrents, les clients savent très bien analyser par eux-mêmes et c'est bien plus efficace.

  • grigal le vendredi 19 juil 2013 à 18:27

    Faut pas se faire d'illusions, le fairplay n'est pas de mise, c'est le capitalisme pur et dur !Et ce sont les Américains qui sont en pointe dans ce domaine !

  • frk987 le vendredi 19 juil 2013 à 18:21

    Demain ce sera Airbus, à mon avis feraient mieux de se taire sur ce genre d'affaires. Concurrents avec les même sous traitants...mdr !!!!

  • M9722583 le vendredi 19 juil 2013 à 18:15

    pstl nous fait une petite piqure de rappel en nous raffraichissant la mémoire sur le contrat manqué avec les ravitailleurs US.Alors de grâce, arrétez de nous faire pleurer avec ces pauvres américains.

  • M9722583 le vendredi 19 juil 2013 à 18:13

    @ Georg47 @ lamouss1 : Si ca avait été l inverse, les américains ne se seraient pas génés dans leurs commentaires depuis longtemps. Ils auraient enfoncé Airbus bien plus tot.Les américains ne sont pas des enfants de coeur loin de là... Alors, traitons les comme tels.

  • pascalcs le vendredi 19 juil 2013 à 18:06

    Un peu de prudence dans les déclarations seraient les bienvenues. On verra ce que donnera le 350. Gare aux faux pas.

  • pstl le vendredi 19 juil 2013 à 17:55

    pourquoi s'attendre à du fairplay ... y'en a t il eu quand boeing s'est arrangé pour annulé le méga contrat avec l'armée américaine pour les ravitailleurs ???

  • pstl le vendredi 19 juil 2013 à 17:53

    Logique quand on a poussé son adversaire dans les cordes c'est pas le moment de baisser les poings faut finir le travail

  • lamouss1 le vendredi 19 juil 2013 à 17:53

    pas tres malin en effet de la part d'un dir com d'autant que les américains se sont abstenus lors des déboires des premiers vols commerciaux de l'A380 .

  • igvisor le vendredi 19 juil 2013 à 17:50

    Les US ont appliqué pour cette avion leur théoreme Magique "On peut TOUJOURS faire mieux avec moins" le probleme c'est qu'en tirant sur tout : Ca pete de partout ! Et c'est la meme chose pour leur economie...