Débat : et l'homme dans tout ça ?

le
1
Pierre Bellanger, fondateur et actuel P-DG de la radio Skyrock, participe au débat jeudi soir salle Gaveau, à Paris.
Pierre Bellanger, fondateur et actuel P-DG de la radio Skyrock, participe au débat jeudi soir salle Gaveau, à Paris.

Que va devenir l'individu dans le monde de demain ? Robotisation, Internet des objets, révolution NBIC (nano et biotechnologies, informatique, cognitique), économie participative..., la troisième révolution industrielle bouscule nos repères traditionnels. Elle remet en cause des notions aussi classiques que l'État, le marché, l'entreprise, la démocratie représentative, et jusqu'à la vie elle-même, qui pourrait bientôt triompher de la mort. Dans ce bouleversement en marche, que va devenir le citoyen-consommateur-électeur ? Doit-il se résigner à faire sienne la prédiction de Michel Foucault qui annonçait il y a cinquante ans : "Un jour, l'homme s'effacera, comme à la limite de la mer un visage de sable."

Pour débattre de cette épineuse question, le think tank Génération libre de notre collaborateur Gaspard Koenig organise jeudi 29 janvier une discussion-débat qui rassemblera notamment Pierre Bellanger, fondateur et P-DG du groupe Skyrock, première radio urbaine mondiale avec 3,7 millions d'auditeurs quotidiens, et Laurent Alexandre. Chirurgien urologue, énarque et entrepreneur, il fonde Doctissimo.fr en 2000 et préside désormais la société de séquençage du génome DNA Vision. À la salle Gaveau, 45-47 rue La Boétie (75 008 Paris), ils aborderont ensemble la révolution numérique, celle du transhumanisme. Face à ces tsunamis, le droit, le marché, la politique doivent-ils se conformer à ce nouvel ordre mondial, se mettre à son diapason...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le jeudi 29 jan 2015 à 13:55

    Chacun doit retrouvé et reprendre sa responsabilité personnelle et professionnelle,Ce sera cela l'homme et la femme de demain. Ne pas déléguer sa responsabilité ni son avenir à des politiciens ou syndicalistes qui sont actuellement en place et qui s'accrochent que pour leur ambition et réussite personnelle.