Débat autour du statut de la «première dame»

le
0
L'«affaire» du tweet de Valérie Trierweiler pose à nouveau le problème du statut de la compagne ou de l'épouse du chef de l'État.

Le «Dallas à l'Élysée» ou le «vaudeville au faubourg» qui alimente la chronique depuis mardi 11h44 se serait-il produit si Valérie Trierweiler avait eu un statut officiel dans l'organigramme de la République? Pourra-t-on un jour dissoudre les humeurs d'une première dame dans une solution constitutionnelle? Imposer un devoir de réserve, comme semblent le souhaiter diverses personnalités politiques? Rien de moins évident, à en croire quelques constitutionnalistes qui se sont penchés avec délices sur l'imbroglio créé par le tweet de la compagne de François Hollande. «Créer un statut pour la première dame? Je n'en vois ni la nécessité ni la possibilité», estime Guy Carcassonne, qui poursuit: «Nous sommes dans un pays libre. Si Valérie Trierweiler tient des propos qui nuisent à François Hollande, c'est tant pis pour eux. Ils en assument les conséquences. Pas besoin de mettre du droit là-dedans!»

Un autre constitutionnaliste, Dominique Chagnollaud, est tout au

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant