Débarquement en Normandie : le président Hollande fait une visite en éclaireur

le
0
Débarquement en Normandie : le président Hollande fait une visite en éclaireur
Débarquement en Normandie : le président Hollande fait une visite en éclaireur

Le président François Hollande s'est rendu dimanche à Trévières (Calvados), à quelques jours des cérémonies du 70e anniversaire du Débarquement, pour rendre hommage aux victimes civiles de ce petit village normand fortement détruit en juin 1944. 

Le président est arrivé, sous le soleil, peu après 10h30 dans ce village situé non loin de Bayeux. Il a pris un bain de foule autour de l'église avant de déposer une gerbe au monument aux morts, incarné par une statue de femme dont une partie du visage -resté tel quel- a été emportée par un obus pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Située dans les terres, à moins d'une dizaine de kilomètres d'Omaha Beach, Trévières «a été détruite à 75% lors du Débarquement, marqué localement par plus de 20 victimes civiles», avait rapporté le maire Jean-Pierre Richard samedi sur France Bleu Basse Normandie.

Souriant et apparemment détendu, Hollande a ensuite pris un nouveau et long bain de foule en parcourant les quelques dizaines de mètres séparant le monument aux morts de la mairie. Il s'est fait aborder sur les questions «des prestations sociales, de l'école de la République, de l'emploi», comme il le dira un peu plus tard aux journalistes, mais s'est aussi arrêté pour plaisanter avec des habitants.

Des rires et des applaudissements

Peu après 11 heures il est entré, sans médias, dans la mairie pour y visiter une exposition de photos sur Trévières et y rencontrer des personnes du secteur, particulièrement affectées par la guerre 1939-1945 en ayant notamment perdu des proches dans les bombardements. Au sortir de la mairie, où des dizaines de personnes l'attendaient encore et l'ont applaudi, le chef de l'Etat a expliqué que sa visite avait pour objet de «regarder, avec le ministre de l'Intérieur, la préparation» des cérémonies de commémoration du 6 juin, «un moment international», a-t-il rappelé.

«Je voulais (ce dimanche) être au côté des populations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant