Débâcle socialiste aux municipales : une chance pour Hollande ?

le
0
Apparaître dispendieux est le plus sûr moyen d'être battu.
Apparaître dispendieux est le plus sûr moyen d'être battu.

Jamais aucune élection municipale n'aura paru aussi pauvre en propositions de projets structurants soumis aux choix des électeurs. La faute à la crise économique bien sûr, au réalisme face à l'état des finances publiques aussi. Sans aucun doute. Apparaître dispendieux est désormais devenu le plus sûr moyen d'être battu. Finis les projets pharaoniques, les services démultipliés, les ronds-points ou les édifices à l'objet imprécis ! Une forme d'ascèse se serait donc abattue sur les programmes des candidats de 2014.Resserrer les boulonsÀ lire les prospectus et professions de foi des listes désormais élues à l'issue du second tour des élections municipales, dans les villes comme dans les villages, toutes tendances confondues, trois engagements majeurs se dégagent : maîtrise de la dépense municipale, stabilisation ou baisse des impôts locaux, réduction de la dette. Au-delà de simples promesses, convient-il de voir dans ces engagements électoraux une unanimité de points de vue ? L'heure est-elle à un resserrement des boulons locaux, à l'instar des boulons nationaux ? Dans ce cas, cela tombe bien, car le président de la République vient justement de faire son coming-out social libéral, le gouvernement plaide pour un assainissement des dépenses publiques et un vaste plan d'allègement des charges susceptibles de créer le choc de compétitivité attendu, tandis que l'Europe surveille étroitement notre virage...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant