De violents combats en Libye, menace pour la médiation de l'Onu

le
0

BENGHAZI, Libye/GENEVE, 12 août (Reuters) - De violents combats ont opposé mercredi en Libye des combattants de l'organisation Etat islamique (EI) d'une part aux forces loyales au gouvernement officiel libyen, d'autre part à un groupe armé rival, au moment même où à Genève, les Nations unies évoquaient un prochain accord sur un gouvernement d'union nationale. La Libye est depuis plus d'un an en proie au chaos, deux gouvernements et deux Parlements se disputant la légitimité du pouvoir, une situation dont profitent l'EI et d'autres groupes armés. L'Onu a réussi à faire asseoir des représentants des principales factions à la même table cette semaine à Genève et elle a déclaré que les négociateurs s'étaient mis d'accord mercredi pour tenter de trouver une solution à la crise d'ici trois semaines. Mais ces progrès diplomatiques ne semblent pas peser lourd face aux combats sur le terrain: à Syrte, des hélicoptères des forces fidèles au gouvernement reconnu par la communauté internationale ont bombardé des positions de l'EI, a rapporté Ali al Hassi, un porte-parole de l'armée de l'air. Des photos publiées sur les réseaux sociaux montrent par ailleurs des troupes gouvernementales, appuyées par des habitants armés, en train de tirer sur des positions de l'EI dans la banlieue de Derna, dans l'est du pays. L'EI a lancé cette semaine une nouvelle offensive pour tenter de reprendre Derna après en avoir été chassé par un groupe islamiste rival. D'autres combats opposent près de Syrte l'EI à un groupe salafiste qui l'accuse d'avoir tué l'un de ses prédicateurs, ont rapporté des habitants. Le gouvernement officiel libyen s'est réfugié dans l'est du pays après avoir été chassé il y a un an de Tripoli, la capitale, par des opposants qui ont installé leur propre administration. A Genève, après deux jours de pourparlers, l'Onu a assuré que "les différentes parties ont souligné leur détermination à conclure dès que possible le processus de dialogue, avec pour objectif une date dans les trois semaines à venir". Mardi, l'envoyé spécial des Nations unies pour la Libye, Bernardino Leon, a appelé les différentes parties à former d'ici la fin du mois un gouvernement d'union nationale. Mohamed Choaïb, qui mène la délégation représentant le Parlement élu basé dans l'est du pays, a dit espère que l'assemblée rivale installée à Tripoli, qui a rejeté un projet d'accord le mois dernier, accepterait désormais l'idée d'un gouvernement d'union nationale. "Ils ont certaines réserves (...) Nous disons que nous allons traiter ces questions", a-t-il expliqué. (Ayman al Warfalli et Stephanie Nebehay; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant