De Skype à... l'Olympique de Marseille ?

le , mis à jour à 10:13
0
De Skype à... l'Olympique de Marseille ?
De Skype à... l'Olympique de Marseille ?

Son nom circulait depuis le début de l'été, glissé parmi ceux d'éventuels acheteurs. Et puis, en étant annoncé lundi durant plusieurs heures comme le futur patron de l'OM avant un démenti qui n'a pas éteint l'incendie, Gérard Lopez, 44 ans, s'est soudainement révélé au grand public. Mais se renseigner sur l'homme d'affaires luxembourgeois, c'est d'abord entendre deux sons de cloche. D'un côté, on le présente comme un bosseur, flaireur de bons coups. De l'autre, un touche-à-tout adepte du court terme, un aventurier des affaires. « La vérité est probablement entre les deux, juge Jean-Michel Gaudron, journaliste à Paperjam, un magazine économique luxembourgeois, et interlocuteur régulier du businessman. Mais il a davantage de coups d'éclat que d'échecs à son actif, à commencer par Skype, dans lequel il avait été l'un des premiers à investir avant de revendre à eBay (NDLR : contre 4 Mds€). Cela lui a ensuite permis de développer ses investissements. » Dans le sport, entre autres, sa grande passion.

 

Propriétaire du CS Fola Esch, le club de foot luxembourgeois de son adolescence, Lopez avait mis la main sur l'écurie de F 1 Lotus, revendue à Renault en 2015 avec des caisses bien vides. De quoi instaurer le doute sur sa capacité à faire vivre un club comme Marseille ? « Des sommes comme ça (NDLR : 300 M€), investies sur plusieurs années, ça me semble crédible, estime Gaudron. Il a un volume solide, et puis il s'est spécialisé dans les montages financiers. »

 

Les discussions continuent pour la reprise du club

 

D'ailleurs, ce n'est pas seul, mais à la tête d'un fonds d'investissement, que l'homme souhaiterait prendre le contrôle de l'OM. « C'était le cas quand il était intéressé par la reprise de Lens en 2013, se souvient Luc Dayan, alors président du club sang et or. Le projet était porté par Mangrove Capital Partners. Je ne l'ai même jamais eu en face de moi. » Dans le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant