De Rome à Milan, la revanche de JM7

le
0
De Rome à Milan, la revanche de JM7
De Rome à Milan, la revanche de JM7

L'ancien attaquant du Paris Saint-Germain retrouve ce samedi Rome et la Roma où il a évolué pendant trois saisons. Désormais à Milan, Jérémy Ménez entend bien prendre sa revanche sur un club qui ne lui a pas fait que des cadeaux.

Jérémy Ménez a 27 ans. 27 ans, un CV déjà bien fourni et une carrière qui ne cesse de s'enrichir à mesure que passent les saisons. À Milan depuis cet été, l'homme que l'on a coutume d'appeler par ses initiales et son numéro de maillot semble vivre une seconde jeunesse en Lombardie, après trois années en dents de scie au PSG. Titulaire et plébiscité sous Kombouaré puis Ancelotti, Ménez a ensuite difficilement négocié les arrivées des monstres Ibrahimovi?, Cavani, Lavezzi et Lucas, ne récoltant que des bribes de matchs sous l'égide de Laurent Blanc. Parti vexé de la capitale, JM a posé bagages à Milan au début de l'été, lassé d'être devenu la doublure des stars parisiennes. Six mois et un demi-championnat plus tard, le Français a retrouvé les terrains, le sourire et surtout la confiance d'un entraîneur. Devenu indispensable au onze de Pippo Inzaghi, Ménez se remet à planter, à dribbler et à faire lever les stades. Ce soir, sous ses nouvelles couleurs et dans la peau du vice meilleur buteur de Serie A, Jérèm retrouve l'Olimpico et les tifosi romains. Trois ans après les avoir quittés. Vénère, comme très souvent.
Truand de la galère
L'histoire de Jérémy Ménez est faite de hauts, de bas, de coups de gueule, de coups de génie, d'insultes, d'embrouilles, puis de nouveau des hauts, des bas, des coups de gueule... Comme un cycle qui s'achève et reprendrait exactement de la même manière. Août 2008. Pour la première fois de sa carrière, Jérémy, 21 ans, quitte la France et le Rocher où il évolue depuis deux saisons pour rejoindre Rome et l'équipe de Luciano Spalletti. Le projet est alléchant. Le résultat ? Plutôt moyen. Sa première année, l'enfant de Longjumeau la passe la plupart du temps sur la touche. Ménez termine souvent les matchs, mais ne les commence jamais. Ou inversement. Vu?ini? et Totti font la loi, Jérémy observe et attend son heure. Saison 2, épisode 1. Le club à la peine, Spalletti prend la sage décision de quitter le navire giallorosso. Claudio Ranieri débarque en août 2009 et change radicalement les plans. Quatre ans après la fin de ses exploits sochaliens, Jérémy Ménez connaît enfin le succès avec un grand d'Europe.

Petit à petit, le coach lui donne sa chance, le fait jouer de plus en plus et se fendra même de quelques dithyrambes dans la presse italienne : "Il progresse à pas de géant depuis l'an passé. Plus important que les résultats, c'est le...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant