De retour en Irak, Moqtada al-Sadr fustige le «satan américain»

le
0
Après trois ans d'exil, l'ex-chef de l'Armée du Mahdi s'est allié avec la coalition du premier ministre, Nouri al-Maliki.

Moqtada al-Sadr est de retour. Après plus de trois ans d'exil volontaire en Iran, le chef religieux chiite a fait ce week-end sa réapparition sur la scène politique irakienne. Sa barbe maintenant grisonnante, son discours n'a pas changé, appelant toujours au départ des Américains.

«Nous résistons toujours à l'occupant, par la résistance militaire et par tous les moyens», a annoncé Moqtada devant des dizaines de milliers de ses partisans rassemblés à Nadjaf, la ville sainte chiite au sud de Bagdad.

Lorsque Moqtada avait quitté l'Irak en 2007, il était un chef de milice aux abois. Son Armée du Mahdi, recrutée dans les catégories les plus pauvres de la rue chiite, avait singulièrement compliqué la situation des Américains à partir de 2004, en ajoutant une insurrection chiite au soulèvement déjà passablement problématique des sunnites.

Elle s'était ensuite heurtée au premier ministre Nouri al-Maliki en 2008, avant de déposer les armes. Objet d'un mandat d'arrü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant