De quoi l'élite de la Premier League est-elle faite ?

le
0

Alors que les clubs anglais ont mal commencé leur saison européenne, Paul Scholes a déclenché l'alarme mercredi soir sur BT Sport. D'après l'ex-milieu aux longs ballons visionnaires, Sergio Agüero serait le seul joueur de Premier League à avoir le niveau pour jouer au Barça, au Real ou au Bayern. Et personne d'autre ? Mais alors, de quoi l'élite de la Premier League est-elle faite ?

Ce mardi, Wenger et son Arsenal se sont laissés abattre par l'Olympiakos devant leur public, à l'Emirates Stadium. Le Chelsea de Mourinho est revenu de Porto avec une défaite. Quelques jours plus tôt, Manchester City avait reçu une leçon de réalisme face à une Juventus en proie aux doutes et Manchester United avait encaissé un coup d'épaule tactique de la part du PSV de Moreno. C'est dans ce contexte que Paul Scholes, assis confortablement aux côtés d'un Rio Ferdinand élégant, a balancé une phrase choc avec l'assurance de lancer l'une de ses transversales balistiques. " Si on regarde la qualité des joueurs qui viennent en Angleterre, je ne pense pas que nous avons les meilleurs joueurs d'Europe, ou du monde. Les meilleurs joueurs sont au Real, au Barça ou au Bayern. Un cran en dessous, il y a le PSG et la Juventus, puis encore en dessous, il y a la qualité des clubs anglais. Quand on réfléchit à la qualité de joueurs qu'on a, est-ce qu'un seul de ces joueurs qui jouent dans nos meilleurs clubs aurait sa place à Barcelone, au Real ou au Bayern ? J'en doute fortement. Sauf peut-être Sergio Agüero, c'est l'exception. " Intéressons-nous donc à l'élite du championnat le plus riche au monde. Une élite découpée en quatre castes.

  • Les exilés des cadors européens


    Alexis Sánchez. Yaya Touré. Mesut Özil. Cesc Fàbregas. Pedro. Bastian Schweinsteiger. En plus d'être la crème de la crème des top players qui devraient faire la pluie et le beau temps cette saison en Angleterre, ces six joueurs ont un point commun crucial : ce sont tous des exilés du Barça, du Real ou du Bayern. Explosif à Udine, Alexis n'a jamais su se faire une place au soleil à Barcelone. Souvent brillant, mais jamais assez dominant, le Chilien a fini par préférer un rôle de leader en Premier League à celui d'arme offensive de plus en Catalogne. Yaya, lui, a été le premier à quitter le navire conquérant barcelonais. En 2010, alors que le Barça vient d'échouer aux portes d'un second triplé consécutif, l'Ivoirien est envoyé à Manchester pour laisser éclore Sergio Busquets, en échange de trois dizaines de millions d'euros.

    Le cas Pedro est le plus récent. Pour certains, l'Espagnol s'est avoué vaincu par la concurrence et a fini par abandonner l'idée d'une carrière entière jouée au Barça. Pour d'autres, Pedro s'est enfin libéré et a décidé d'aller briller loin du toit de sa famille. Toujours…





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant