De puissants séismes secouent le centre de l'Italie, aucun mort

le
0
 (Actualisé avec précisions) 
    ROME, 27 octobre (Reuters) - Une série de tremblements de 
terre a secoué mercredi soir le centre de l'Italie, dans les 
Marches, sans faire de victimes, mais a inquiété la population 
traumatisée par le séisme du mois d'août. 
    Trois principales secousses, qui se sont produites à environ 
deux heures d'intervalle à partir de 19h00, ont entraîné la 
chute de plusieurs bâtiments anciens, notamment d'un certain 
nombre d'églises historiques en zone rurale qui étaient vides à 
ce moment-là. 
    Le premier tremblement de terre était d'une magnitude de 
5,4, le second de 6,1 et le troisième d'une magnitude de 4,9, 
selon l'institut américain de géophysique, l'USGS. 
    Cinq heures après la première secousse, le chef de la 
Protection civile, Fabrizio Curcio, a annoncé que des "dizaines" 
de personnes avaient été légèrement blessées. Seules quatre 
souffraient de blessures graves n'engageant pas leur pronostic 
vital. 
    "Les informations ne sont pas aussi catastrophiques que ce 
que nous redoutions", a déclaré Fabrizio Curcio. 
    Tout indique que les dégâts n'auront rien de comparable à 
ceux causés par le puissant séisme qui a frappé les Marches, le 
Latium et l'Ombrie le 24 août dernier et qui avait dévasté 
plusieurs villes et fait plus de 300 morts. 
    Des images vidéo tournées par des amateurs et diffusées par 
les chaînes de télévision montrent des nuages de poussière 
montant de bâtiments effondrés. C'est notamment le cas à 
Camerino, dans les Marches où un clocher est tombé sur un 
bâtiment.  
    De très gros rochers, certains de la taille d'une voiture, 
sont tombés sur une route. 
    Les secousses ont été suffisamment fortes pour être 
ressenties à plus de 250 km au sud, jusque dans la banlieue de 
Naples et à Rome où des éléments de maçonnerie sont tombés de 
quelques bâtiments. 
    Les épicentres des deux première secousses se trouvaient 
tous deux près de la ville de Castelsantangelo sul Nera dans la 
région des Marches. 
    L'église historique (fin XVe siècle) de San Salvatore in 
Campo près de Norcia en Ombrie, déjà été fragilisée par le 
séisme du mois d'août, s'est effondrée. 
    Les pannes de courant ont été enregistrées dans certains 
endroits et quelques routes ont été fermées. 
    Les séismes de mercredi ont accentué les dégâts existants à 
Amatrice, la commune la plus touchée par le tremblement de terre 
du 24 août, ont indiqué les autorités. 
 
 (Steve Scherer et Isla Binnie; Danielle Rouquié et Julie 
Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant