De plus en plus dur de devenir apprenti

le , mis à jour à 08:50
0
De plus en plus dur de devenir apprenti
De plus en plus dur de devenir apprenti

Être rémunéré tout en poursuivant ses études. Pour Karima Mohamed Abdou, 23 ans, l'alternance a tout pour plaire. « Cela permet de sortir de la routine scolaire, mais aussi de mettre en pratique au fur et à mesure ce qu'on apprend et d'être indépendant financièrement », énumère cette étudiante en licence professionnelle en instrumentation optique et visualisation à l'université Pierre-et-Marie-Curie à Paris.

 

Comme elle, de plus en plus d'étudiants en France se laissent tenter par l'apprentissage. Sur environ 2,5 millions d'élèves dans l'enseignement supérieur, ils étaient 139 000, soit 5,6 %, à avoir choisi cette formule à la rentrée 2014. C'est presque sept fois plus qu'en 1995 ! Un chiffre qui devrait encore augmenter puisque l'objectif du gouvernement est d'arriver à un étudiant sur six en 2020. Mais autant dire que l'affaire n'est pas gagnée. « Les étudiants ont en effet de plus en plus de difficultés à trouver des employeurs pour les accueillir », confirme Morgan Marietti, fondateur de l'Association nationale des apprentis de France (Anaf).

 

Un salaire de 25 % à 80 % du Smic

 

« C'est particulièrement vrai dans les filières industrielles très pointues qui offrent beaucoup moins d'opportunités que le commerce, la grande distribution ou le secteur tertiaire en général », précise Lionel Nicod, directeur adjoint de l'offre de formation à l'IUT d'Aix-Marseille. La crise économique n'aide pas. « Ne sachant pas de quoi demain sera fait, un certain nombre de patrons hésitent à alourdir leurs charges sociales », constate-t-il. En fonction de son âge, de son année de diplôme et du type de contrat, un jeune en alternance perçoit en effet un salaire de 25 % à 80 % du smic, ce qui n'est pas anodin pour des PME.

 

Leur réticence est d'autant plus forte que le rythme de la formation ne correspond pas forcément à leurs besoins. Luc Charles, 25 ans, en a fait la cruelle ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant