De plus en plus de pluie dans les années à venir

le
0
De plus en plus de pluie dans les années à venir
De plus en plus de pluie dans les années à venir

L'expression « climat tempéré » risque de progressivement disparaître du vocabulaire des météorologistes français. Un rapport inédit remis aujourd'hui à la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, consacré au climat de la France au XXI siècle, confirme que l'Hexagone sera soumis d'ici la fin du siècle à davantage de phénomènes climatiques extrêmes. Les fortes pluies seront en particulier plus fréquentes. Ces projections s'appuient sur les conclusions du dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec).

Des étés plus chauds

« Si l'on s'appuie sur le scénario le plus pessimiste du Giec, la température globale pourrait s'accroître d'ici la fin du siècle de 3,5 °C en hiver et de plus de 5 °C en été, notamment dans le sud-est du pays, détaille le climatologue Jean Jouzel, qui a coordonné ces recherches. En Ile-de-France, on pourrait connaître des étés caniculaires 6 à 7 °C plus chauds qu'un été normal du XX e siècle. » Les spécialistes s'attendent à une augmentation des vagues de chaleur, qui pourraient durer jusqu'à vingt jours. Ils estiment qu'après 2070, une canicule similaire à celle de 2003 pourrait se produire environ une année sur deux. Les experts scindent leurs prévisions en deux périodes. « Entre 2021 et 2050, la hausse des températures moyennes sera comprise entre 0,6 et 1,3 °C, avec des maxima dans le Sud-Est en été. A plus longue échéance, entre 2071 et 2100, la hausse des températures moyennes ira de 2,6 °C à 5,3 °C. »

Davantage de fortes pluies

Les experts parlent d'un « renforcement des précipitations extrêmes sur une large partie du territoire ». « Les pluies vont être plus fréquentes. Le risque d'inondation va devenir plus important. Nous aurons souvent des hivers comme celui que nous venons de connaître », explique Jean Jouzel. Si la France suffoquera entre juin et septembre, elle grelottera moins ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant